Jeremy Renner

Avengers Endgame, la fin d’une épopée !

Publié le Mis à jour le

Suivant les films Marvel plus ou moins depuis le premier Iron Man, Avengers Infinity War (article droit devant) marquait le début de la fin, je ne pouvais donc pas manquer Avengers Endgame, suite directe de ce dernier !
Personnellement je trépignais à l’idée de le voir. Il était impossible qu’il soit loupé, vu Infinity War et le fait que les frères Russo soient derrière la caméra.
Verdict ?

Juste pour donner la chair de poule 😉


Lire la suite »

Publicités

Eh oui ! Moi aussi je suis aller voir Civil-War, et ces super-héros qui se mettent des claques m’ont fait rêver ;)

Publié le Mis à jour le

Aujourd’hui c’est cinéma ! Et pas sur n’importe quel film ! Parlons de Captain America Civil War !!!

01
source

Oui… je sais… tout le monde l’a déjà chroniqué cent fois, critiqué de long en large et en travers, mais je ne vais pas me gêner pour faire pareil 😀
Donc accrochez-vous, voici ma chronique sur cette Civil War de haut niveau, mais avant tout, un peu d’images 😉


Lire la suite »

Marvel Cinematic Universe, le renouveau des films de super-héros ! (Phase 1)

Publié le Mis à jour le

Lorsque j’étais plus jeune, les super-héros se résumaient plus ou moins à Batman vu par Tim Burton, et les Supermans avec Christopher Reeve. Un peu plus vieux, la trilogie des Spiderman de Sam Raimi et le début de la trilogie Batman de Nolan sont venus se rajoutés au tableau des films de super-héros réussis. Mise à part ça, il n’y avait pas grand-chose et toutes autres tentatives finissaient plus ou moins en eau de boudin :p
Il faut l’admettre, même si ce ne sont pas des films profonds en signification ou avec des scénarios ultra-fouillés, les films Marvels ont révolutionné le genre avec Iron Man en 2008. Malgré ce qui peut être dis, ces films sont tout de même de qualité et bluffant comparé à tout ce que l’on avait pu voir jusqu’à maintenant. il y a clairement un avant et un après Marvel Cinematic Universe !

Marvel-cinematic-universe-phase-1

Vu que je n’avais encore jamais vraiment parlé de tous ces films, j’ai donc décidé de faire deux articles pour parler des super-héros sauce Marvel. Le premier est celui que vous êtes en train de lire ( 😉 ) et qui concerne la Phase 1 comme ils aiment à l’appeler. Dimanche prochain arrivera un second article concernant la Phase 2, 3 et les à-côtés. J’ai voulu sortir ces deux articles de cette façon, et à ces dates particulières, pour marquer la sortie de Captain America Civil War le 27 Avril, c’est-à-dire le mercredi qui arrive 😀
Ainsi mes deux articles concernant les Phases 1 et 2 de l’univers Marvel encadrent la sortie du premier film de la Phase 3 🙂 Bref lol
Rentrons maintenant dans le vif du sujet avec une petite vidéo pour présenter Iron Man 1, tout premier film de cet univers !


Lire la suite »

« American Hustle » loin de l’arnaque mais tout aussi loin de la réussite.

Publié le Mis à jour le

3469kk4

Sur le papier « American Hustle », réalisé par David O. Russel, avait tout du très bon moment cinématographique. Très bien noté sur les sites, ayant remporté un franc succès pour sa sortie en 2013 avec près de cinq fois le budget récupéré au box-office, son casting impressionnant, et son scénario qui paraissait être un mélange de Ocean’s Eleven et des Infiltrés étaient autant de preuves attestant qu’il avait tout pour plaire, or lorsque le film fut fini ma conclusion était aussi simple qu’un seul mot, « déception ».
Voici la bande annonce.

Le film prend place en 1978. Nous découvrons un petit escroc du nom d’Irving Rosenfeld (Christian Bale) qui s’amourache d’une certaine Sydney Prosser (Amy Adams) et ils en viennent à travailler ensemble ce qui permet d’améliorer grandement leurs arnaques. En parallèle à cela Irving et Sydney débutent une relation et tombent amoureux. Pourtant, il hésite à quitter sa femme instable Rosalyn (Jennifer Lawrence), car il ne veut pas perdre contact avec le fils de cette dernière qu’il a adopté et auquel il tient beaucoup. En plus de cela, Rosalyn l’a menacé de le balancé à la police sur ses arnaques s’il venait à la quitter. Malgré tout, Sydney et Irving finissent par se faire avoir par un agent du FBI l’agent Richie Dimaso (Bradley Cooper) qui propose de libérer Irving s’il lui permet de faire quatre arrestations. Sydney s’oppose à cela. Sydney se confie à Irving et lui révèle qu’elle compte embrouiller Richie, le manipuler et les sortir de cette sale histoire. Pour cela ils doivent malgré tout se lancer dans une arnaque qui consiste à faire tomber des politiciens véreux ainsi que le maire Carmine Polito (Jeremy Renner) de Camden dans le New Jersey qui souhaite revitaliser les jeux d’argent mais à des problèmes de finance.

American Hustle Film SetChristian Bale;Amy Adams

Voilà en gros ce que je peux vous révéler sur le film. Vous pensez peut-être que cela fait beaucoup, que je vous ai spoiler, et bien non croyez-moi, il s’en passe énormément tout au long de cette pellicule.
Commençons tout d’abord par les bons points car oui il y en a. Ce film n’est pas un échec et n’est pas mauvais en soi, loin de là. Les acteurs et leur jeu sont d’ailleurs la raison majeur que je pourrai citer pour que vous regardiez ce film. Bale, Cooper et tous les autres sont extrêmement bon, c’est un sans-faute total concernant le casting. Bale s’est littéralement transformé physiquement. Après un Batman sec et tout en muscle on le retrouve en chauve bedonnant. C’est impressionnant et son jeu d’acteur est bluffant. Cooper est assez bon dans son rôle d’agent du FBI voulant rester dans l’histoire et surprend avec le caractère impulsif dont il fait preuve. D’ailleurs les deux acteurs font un très bon duo. Du côté du casting féminin c’est tout aussi réussi. Amy Adams campe une manipulatrice avertie prête à tout pour s’en sortir. Quand à Jennifer Lawrence encore une fois elle montre un potentiel d’actrice impossible à remettre en question. Son personnage de Rosalyn est malade, impulsive, manipulatrice, sans jugement et réflexion, et elle rend tout cela tangible et réaliste. On la déteste dès le départ 🙂 Bale et Lawrence montre un niveau d’interprétation incontestable et sont au top de leur jeu.
Seul Jeremy Renner est quelque peu décevant dans un rôle secondaire et que j’ai trouvé relativement sur-joué. Il est clairement en dessous du lot d’acteur sur ce coup là mais ce n’est pas tellement grave, ça arrive même aux meilleurs comme on dit 😉
Les autres points positifs sont l’ambiance et le décor des années 70-80 très bien retranscrits et donnent un caché vraiment très plaisant à l’ensemble.

Christian Bale;Jeremy Renner;Bradley CooperAmerican Hustle: Christian Bale, Amy Adams and Bradley Cooper walking in street

Venons-en maintenant là où le bât blesse. Le film mélange plus ou moins drame, comédie et enquête policière le tout basé sur une opération ayant eu lieu dans les années 70-80, jusque-là tout va bien. Malheureusement la sauce ne prend pas car l’ensemble est agencé d’une manière alambiquée qui fait que l’on perd le fil après dix minutes. Russel essai d’instaurer un récit dynamique mais veut trop en dire et trop rapidement pour finalement nous submergés d’éléments qui ne servent pas à grand-chose. Quand tout à coup on se retrouve devant une scène plate, calme sans le moindre rythme. Pourtant habitué aux scénarios tordue où il faut réfléchir et se torturer l’esprit (j’adore ce style de film, c’est mon petit pêché minions), ici j’ai mi un certain temps avant de comprendre qui était quoi et où ce film allait mener. L’histoire pourtant simple est finalement présentée sous un angle qui ne permet pas de savoir vraiment ce que veut Cooper au départ et ce que comptent faire Bale et Adams pour s’en sortir. Pour moi, ce film avait tout pour réussir mais le découpage là rendu malheureusement indigeste. Il y a pourtant de bons moments, toutefois les connections sont hasardeuses, cassent le dynamisme lorsque celui-ci monte, coupe l’histoire quand il ne faut pas. Il m’a fallu quelques efforts afin de vraiment rester concentrer ce qui pour moi atteste d’un problème réel et important au niveau de l’histoire.

American-Hustle-largelojg

Pour conclure, car il le faut bien, ce film est loin d’être raté et offre un dénouement intéressant que l’on ne voyait pas venir. Il vaut le détour, mais au lieu d’être dans la section « film à revoir avec plaisir » il est pour moi dans le groupe des « films sympa mais loin d’être inoubliables ». Le jeu d’acteur vos tout particulièrement le détour. En définitif Russel passe à côté d’un film qui aurait pu peut-être devenir culte pour nous offrir un petit film du dimanche soir. Dommage, ce sera pour le prochain 🙂
« American Hustle » repart avec un 13/20 et la mention « Des efforts mais peut mieux faire ».

Enjoy !
Desmond Andrew Green

PS : N’hésitez pas à laisser des commentaires, je répondrai avec plaisir 😉
N.B. Incroyable, même avec des bigoudis Bradley Cooper fait beau gosse :p

o-AMERICAN-HUSTLE-GIFS-facebook