Amy Adams

Souvenirs, Souvenirs… Cinéma !

Publié le Mis à jour le

On continue les articles « Souvenirs…Souvenirs… » avec la section Cinéma !!!!
Ci-dessous vous pouvez retrouver toutes les publications cinéma depuis la création de « A Sad Picture Of A Red Sky ».

Lire la suite »

Publicités

Souvenirs, Souvenirs… Cinéma ! (édition 3)

Publié le Mis à jour le

Troisième jours de sortie des articles « Souvenirs, Souvenirs… » comme promis 😉
Voici l’article récapitulatif des précédentes publications cinéma depuis la création de « A Sad Picture Of A Red Sky ». Là c’est déjà plus conséquent que les livres et la musique 😀 :

Lire la suite »

Souvenirs, Souvenirs… Cinéma ! (édition 2)

Publié le Mis à jour le

Nouvelle série d’articles « Souvenirs, Souvenirs… » comme promis 😉
Commençons avec l’article récapitulatif des précédentes publications cinéma depuis la création de « A Sad Picture Of A Red Sky » :

Lire la suite »

Batman V Superman, une deuxième pierre un peu bancale pour l’univers cinématographique de DC :p

Publié le Mis à jour le

Après tout ce qu’a réussi à mettre en place le studio Marvel (Docteur Strange en Octobre de cette année sera le 14éme film du MCU), il était inévitable que DC fasse de même. Suite au Man Of Steel de Zack Snyder – que franchement j’ai bien aimé – on se doutait que c’était la première pierre de l’univers cinématographique de DC, si le succès était au rendez-vous bien entendu.
Nous avons donc attendu quelques années (de 2013 à 2016, ils ont quand même pris leur temps :p lol), mais l’univers DC est bel et bien lancé et avec rien de moins que Batman V Superman en tant que deuxième film !
J’ai finalement cédé à la tentation et vu l’œuvre pharaonique de Snyder avec ces deux héros emblématiques. Toutefois, je tiens à signaler que j’ai vu la version rallongée de 30 minutes ! Point important je pense :p

Un peu d’image pour nous en mettre plein les mirettes quand même 😉


Lire la suite »

« Her », a modern melancholic and poetic love story

Publié le Mis à jour le

014107

« Her », mysterious title, mysterious poster with only Joaquin Phoenix’s head, everything to catch my curiosity. Produce by Spike Jonze (the one who know this guy before this movie can raise one hand :D) and release in 2013, this movie get a grad really high on Rotten Tomatoes (8.5/10) and it is the same on almost every websites.
So let’s see the trailer to have a first taste of this movie.

The story take place in a close future. Theodore Twombly (Joaquin Phoenix) is a solitary and introverted man working for an agency which write personnel words and letters for you family, friends and love, just like it was you holding the pen. Despite his amazing skills to draw with perfection strong feelings for others on paper, he is not capable to do the same for himself, for his life, so his life is sad, without love and only fool of regrets and melancholy. Moreover, due to the divorce demand coming from his child love Catherine (Rooney Mara), Theodore finally let him convince by buying an OS, an operating system, like an A.I. which is really trendy. It is elaborated to adapt and evolved itself according the owner, so in this way you can have someone to talk, breaking the loneliness, someone that can understand you perfectly. He decide that this OS will be a women and she names it(her)self as Samantha (Scarlett Johansson). Theodore is fascinated by Samantha’s skills to adapt and evolved along their endless discussions, in order to be in phase with him. They become more and closer. Samantha became the prefect incarnation of everything he was searching for in a partner, available, paying attention about what he say, about him, always available, curious, interested, sharring same tastes and desires. He will fall in love of her, and thanks to her He will evolved, learn to let go and move one about the past of his life and live back looking strait forward, looking at the future.

her_joaquin_phoenix_amy_adamsHER

For me this movie is a magnificent beauty UFO. I heard a lot about this movie, only good things, but without any special details about the deep story of the movie. Now, after seeing it, I understand better why it was quite difficult to explain in details this movie.
First of all, the poster can be a little bit confusion because you see only the face of Joaquin, it is quite minimalist but you don’t have to be scary 😉 Because this movie really worth the shot. The cast is not too big so in this way you have only good actor with of course Joaquin Phoenix, Scarlett Johanson, Rooney Mara but also Amy Adams, Olivia Wilde and Chris Pratt.
This movie speak about human relations. There is no action at all, no violence, nothing that you can find generally in a blockbuster, and it is really pleasant (I did not say that I do not like those movies, it is just it’s great when you have different types of movies, and with this one it change your movies habits). We are following the main character with attention, everything is calm, without a lot of music, and you just have to focus on the speech and the feeling of the Theodore. I have to admit that the rhythm is slow, but everything move sufficiently rapidly to not be bored. We discovered step by step the past of the character, his personals problems and the event that push him to buy this OS. The producer depict a believable world that could be our close future, sterilized, where human relations would be only behind a screen, cold and impersonal. Jonze managed to draw a poetic cyber-romance between Theodore and Samantha. OS are showed like a solution, an alternative to the human loneliness where they locked them up by themselves.
Joaquin Phoenix and Scarlett Johansson are almost the only characters on the screen (more or less for Scarlett :p) and they carrying the all movie by themselves. Phoenix is astonishing during all the movie, with a highly sensitive interpretation. He fined his soul mate with Samantha, someone that can listen, laugh, share and take care of him. It is cute, adorable and touching. We are the witnesses of the love bounding Theodore and Samantha, and also the emancipation of Samantha. It is a 22nd century love story touching and we cannot resist.

her-olivia-wildeher_5085074.jpg

To conclude about the movie “Her”, I think it is a kind of movie that you like or dislike without intermediate point of view, because it is a non-conventional movie compare to all the actual productions. But if you like love stories, and great actor performance, I can assure you that you will like this movie!
There is a philosophical dimension (with poetry) because Jonze push us to think about the actual relation between people in the society, the people we love, the people that we encounter during our life, and sometimes it is better to be honest with ourselves in order to move one and not being stuck in the past.
I think you understood my point of view, I loved this movie. I have been touched. Joaquin really surprised me with his sensibility. If you asked me to resume this movie with one sentence I will say quite simply « Close your eyes, press the play button and listen » 😉
« Her » deserve a big 18/20, this is a beautiful movie that you have to see!

Enjoy!
Desmond Andrew Green

HER

« Her », histoire d’amour moderne mélancolique et poétique.

Publié le Mis à jour le

014107

« Her », titre énigmatique, affiche énigmatique avec uniquement la tête de Joaquin Phoenix, tout pour attiser ma curiosité. Réalisé par Spike Jonze et sorti en 2013, ce film est particulièrement bien noté avec un 8,5/10 sur Rotten Tomatoes et tout aussi bien noté sur d’autres sites.
A vous de gouter à la bande annonce.

L’histoire se déroule dans un futur proche, Theodore Twombly (Joaquin Phoenix) est un homme solitaire et introverti travaillant pour une agence qui offre le service d’écrire des lettres et mots personnels comme si vous en étiez l’auteur pour votre famille, amis ou amour. En dépit de ses qualités pour dépeindre des sentiments forts sur papiers, sa vie est tout le contraire, triste et dépourvue de tout amour avec uniquement des regrets et de la mélancolie. Malheureux à cause de la demande de divorce de la part de son amour d’enfance Catherine (Rooney Mara), Theodore finit par se laisser t’enter à acheter un système d’intelligence artificiel qui fait fureur et qui est élaboré pour s’adapter et évoluer en fonction de son propriétaire pour avoir quelqu’un à qui parler et briser ainsi la solitude. Il décide que ce OS (operating system) soit une femme et elle se nomme elle-même Samantha (Scarlett Johansson). Theodore est fasciné par ses capacités à s’adapter et évoluer pour lui convenir, et ils deviennent de plus en plus proches. Samantha devient l’incarnation parfaite de tout ce qu’il recherchait chez une compagne, disponible, toujours présente pour écouter, curieuse, intéressée, partageant ses gouts et ses envies. Il va peut à peut en tomber amoureux. Grâce à elle il va évoluer et apprendre à lâcher prise, tourner la page et vivre sa vie comme il se doit.

her_5085074.jpgher_joaquin_phoenix_amy_adams

Pour moi c’est un ovni d’une beauté magnifique. J’en avais entendu parler, et les gens ne tarissaient pas d’éloges. Mais je n’arrivais pas vraiment à comprendre qu’elle était réellement l’histoire. Maintenant, après l’avoir vu je comprends pourquoi il était difficile d’en parler.
Dans un premier temps l’affiche peut laisser perplexe tant celle-ci est minimaliste mais ce film vaut réellement le détour. Le casting ne comprend pas trop d’acteurs ce qui permet de ne conserver que du bon avec bien entendu Joaquin Phoenix, Scarlett Johansson, Rooney Mara mais aussi Amy Adams, Olivia Wilde et Chris Pratt.
Ce film parle des relations humaines. Il n’y a pas d’action, de violence ou tout ce que l’on trouve dans les grosses productions et ça fait du bien (attention je n’ai pas dit que je n’aimai pas ça, c’est juste que changer de style ça ressource et là pour le coup, c’est plus que revigorant). On suit le personnage avec attention, tout est calme, sans beaucoup de musique. Le rythme est lent, mais avance suffisamment pour satisfaire. On découvre le passé du personnage, les problèmes qu’il a eu et les évènements traumatisants qui l’ont amené à ce qu’il s’achète une intelligence artificielle. Le réalisateur dépeint un monde plausible et qui pourrait aisément devenir notre future, aseptisé, ou les relations humaines les plus faciles ne se font plus que par écrans interposés, les rendant impersonnels et froides. L’intelligence artificielle se montre comme un recours de la solitude dans laquelle les humains ce sont eux même enfermés.
Durant le film seul Joaquin Phoenix et Scarlett Johansson sont presque les seuls sur le devant de la scène. Phoenix est époustouflant et porte à lui tout seul l’ensemble du film. On découvre sa vie, sa solitude, sa mélancolie, on partage tous les sentiments avec lui et Phoenix fait preuve d’une interprétation à fleur de peau. Il trouve avec Samantha une oreille prête à l’écouter, rire avec lui, prendre soin de lui, il arrive à partager avec elle. C’est mignon et attendrissant. On assiste à l’amour naissant et l’émancipation de Samantha. C’est une histoire d’amour du 22éme siècle touchante et à laquelle on ne peut résister.

HERher-olivia-wilde

Pour conclure, « Her » est un film qui tout de même ne plaira pas à tout le monde ça j’en suis assez certain car le rythme et le style est assez dépaysant et peu banale. Toujours est-il que si vous aimez les histoires où l’on partage des sentiments, de l’amour, et que le jeu d’acteur est important pour vous, je peux vous assurer que vous allez adorer. Sans oublier qu’il faut avoir un regard un peu philosophique sur le sujet car Jonze nous fait réfléchir (de manière poétique) sur les relations que nous entretenons avec les gens qui évoluent dans notre vie, et que parfois être franc avec soit même et éviter de se cacher derrière un écran est la meilleur des solutions pour évoluer et avancer dans la vie.
« Her » est une histoire d’amour moderne à la fois triste mélancolique et attendrissante.
J’ai adoré ce film et j’ai été touché. Joaquin est éblouissant de sensibilité et la meilleur définition de ce film serait tout simplement « fermée les yeux appuyez sur play et vous n’avez plus qu’à écouter » 😉
« Her » mérite un grand et beau 18/20, c’est un film tout simplement beau et à voir absolument !

Enjoy !
Desmond Andrew Green

HER

« American Hustle » loin de l’arnaque mais tout aussi loin de la réussite.

Publié le Mis à jour le

3469kk4

Sur le papier « American Hustle », réalisé par David O. Russel, avait tout du très bon moment cinématographique. Très bien noté sur les sites, ayant remporté un franc succès pour sa sortie en 2013 avec près de cinq fois le budget récupéré au box-office, son casting impressionnant, et son scénario qui paraissait être un mélange de Ocean’s Eleven et des Infiltrés étaient autant de preuves attestant qu’il avait tout pour plaire, or lorsque le film fut fini ma conclusion était aussi simple qu’un seul mot, « déception ».
Voici la bande annonce.

Le film prend place en 1978. Nous découvrons un petit escroc du nom d’Irving Rosenfeld (Christian Bale) qui s’amourache d’une certaine Sydney Prosser (Amy Adams) et ils en viennent à travailler ensemble ce qui permet d’améliorer grandement leurs arnaques. En parallèle à cela Irving et Sydney débutent une relation et tombent amoureux. Pourtant, il hésite à quitter sa femme instable Rosalyn (Jennifer Lawrence), car il ne veut pas perdre contact avec le fils de cette dernière qu’il a adopté et auquel il tient beaucoup. En plus de cela, Rosalyn l’a menacé de le balancé à la police sur ses arnaques s’il venait à la quitter. Malgré tout, Sydney et Irving finissent par se faire avoir par un agent du FBI l’agent Richie Dimaso (Bradley Cooper) qui propose de libérer Irving s’il lui permet de faire quatre arrestations. Sydney s’oppose à cela. Sydney se confie à Irving et lui révèle qu’elle compte embrouiller Richie, le manipuler et les sortir de cette sale histoire. Pour cela ils doivent malgré tout se lancer dans une arnaque qui consiste à faire tomber des politiciens véreux ainsi que le maire Carmine Polito (Jeremy Renner) de Camden dans le New Jersey qui souhaite revitaliser les jeux d’argent mais à des problèmes de finance.

American Hustle Film SetChristian Bale;Amy Adams

Voilà en gros ce que je peux vous révéler sur le film. Vous pensez peut-être que cela fait beaucoup, que je vous ai spoiler, et bien non croyez-moi, il s’en passe énormément tout au long de cette pellicule.
Commençons tout d’abord par les bons points car oui il y en a. Ce film n’est pas un échec et n’est pas mauvais en soi, loin de là. Les acteurs et leur jeu sont d’ailleurs la raison majeur que je pourrai citer pour que vous regardiez ce film. Bale, Cooper et tous les autres sont extrêmement bon, c’est un sans-faute total concernant le casting. Bale s’est littéralement transformé physiquement. Après un Batman sec et tout en muscle on le retrouve en chauve bedonnant. C’est impressionnant et son jeu d’acteur est bluffant. Cooper est assez bon dans son rôle d’agent du FBI voulant rester dans l’histoire et surprend avec le caractère impulsif dont il fait preuve. D’ailleurs les deux acteurs font un très bon duo. Du côté du casting féminin c’est tout aussi réussi. Amy Adams campe une manipulatrice avertie prête à tout pour s’en sortir. Quand à Jennifer Lawrence encore une fois elle montre un potentiel d’actrice impossible à remettre en question. Son personnage de Rosalyn est malade, impulsive, manipulatrice, sans jugement et réflexion, et elle rend tout cela tangible et réaliste. On la déteste dès le départ 🙂 Bale et Lawrence montre un niveau d’interprétation incontestable et sont au top de leur jeu.
Seul Jeremy Renner est quelque peu décevant dans un rôle secondaire et que j’ai trouvé relativement sur-joué. Il est clairement en dessous du lot d’acteur sur ce coup là mais ce n’est pas tellement grave, ça arrive même aux meilleurs comme on dit 😉
Les autres points positifs sont l’ambiance et le décor des années 70-80 très bien retranscrits et donnent un caché vraiment très plaisant à l’ensemble.

Christian Bale;Jeremy Renner;Bradley CooperAmerican Hustle: Christian Bale, Amy Adams and Bradley Cooper walking in street

Venons-en maintenant là où le bât blesse. Le film mélange plus ou moins drame, comédie et enquête policière le tout basé sur une opération ayant eu lieu dans les années 70-80, jusque-là tout va bien. Malheureusement la sauce ne prend pas car l’ensemble est agencé d’une manière alambiquée qui fait que l’on perd le fil après dix minutes. Russel essai d’instaurer un récit dynamique mais veut trop en dire et trop rapidement pour finalement nous submergés d’éléments qui ne servent pas à grand-chose. Quand tout à coup on se retrouve devant une scène plate, calme sans le moindre rythme. Pourtant habitué aux scénarios tordue où il faut réfléchir et se torturer l’esprit (j’adore ce style de film, c’est mon petit pêché minions), ici j’ai mi un certain temps avant de comprendre qui était quoi et où ce film allait mener. L’histoire pourtant simple est finalement présentée sous un angle qui ne permet pas de savoir vraiment ce que veut Cooper au départ et ce que comptent faire Bale et Adams pour s’en sortir. Pour moi, ce film avait tout pour réussir mais le découpage là rendu malheureusement indigeste. Il y a pourtant de bons moments, toutefois les connections sont hasardeuses, cassent le dynamisme lorsque celui-ci monte, coupe l’histoire quand il ne faut pas. Il m’a fallu quelques efforts afin de vraiment rester concentrer ce qui pour moi atteste d’un problème réel et important au niveau de l’histoire.

American-Hustle-largelojg

Pour conclure, car il le faut bien, ce film est loin d’être raté et offre un dénouement intéressant que l’on ne voyait pas venir. Il vaut le détour, mais au lieu d’être dans la section « film à revoir avec plaisir » il est pour moi dans le groupe des « films sympa mais loin d’être inoubliables ». Le jeu d’acteur vos tout particulièrement le détour. En définitif Russel passe à côté d’un film qui aurait pu peut-être devenir culte pour nous offrir un petit film du dimanche soir. Dommage, ce sera pour le prochain 🙂
« American Hustle » repart avec un 13/20 et la mention « Des efforts mais peut mieux faire ».

Enjoy !
Desmond Andrew Green

PS : N’hésitez pas à laisser des commentaires, je répondrai avec plaisir 😉
N.B. Incroyable, même avec des bigoudis Bradley Cooper fait beau gosse :p

o-AMERICAN-HUSTLE-GIFS-facebook