Suicide Squad, un titre évocateur ?

Publié le Mis à jour le

Après un Man of Steel que j’ai beaucoup aimé, et un Batman V Superman qui n’était pas sans qualités, voici Suicide Squad, troisième pierre de l’Univers Cinématographique de DC.
Les deux premiers films ont été vivement critiqués, et j’avoue ne pas avoir compris ces reproches. Je ne les partageais vraiment pas (comme vous pouvez le voir avec ma critique de BVS en cliquant ici). Toutefois, la donne change avec ce Suicide Squad qui a essayé de nous en mettre plein les yeux, en nous promettant beaucoup, et en offrant peu au final !

Quelques images, histoire de se motiver un peu quand même 😉


La Suicide Squad est une équipe formée par Amanda Waller suite à …


(Attention là il y a un SPOILER pour ceux qui n’auraient pas vu Batman V Superman, j’aurais prévenu ! 😉 )



la mort de Superman ! Cette équipe est constituée de criminels parmi les plus dangereux et surtout, possédant des capacités hors-normes afin de répondre aux menaces de type meta-humain. Parmi les candidats on retrouve Floyd Lawton alias Deadshot, Harley Quinn « l’amour » du célèbre Joker, Waylon Jones alias Killer Croc, Digger Harkness alias Captain Boomerang, Chato Santana alias El Diablo et Christopher Weiss alias Slipknot.
Alors qu’une force surnaturelle se réveille, Amanda Waller fait appel au colonel Rik Flag pour diriger cette équipe de criminels et sauver l’humanité.

Un pitch simple, semblable à beaucoup de films de super-héros vous pourriez me dire, et qui potentiellement pouvait devenir efficace. Je ne dis pas le contraire. Il n’y avait donc pas de raisons d’avoir peur du résultat. Enfin sur le papier
Toutefois, plusieurs choses me laissaient perplexe avant de voir le film : les quelques défauts que l’on a pu voir dans Batman V Superman que j’avais peur de retrouver dans Suicide Squad ; baser un film uniquement sur la Suicide Squad ; un challenge qui semblait absent lorsque l’on regardait la bande annonce ; un film qui paraissait plus accès sur la forme que le fond.
Je trouvais tout ça un peu faible, et j’étais assez méfiant.
Les bandes-annonces ont tout de même su titiller mon intérêt, le petit plus fût de voir Jared Leto (mon chouchou) intégrer le film pour y incarner le Joker 🙂
En bref, le film m’attirait d’un côté et me faisait peur de l’autre :p Je me suis tout de même jeté à l’eau en dépit des critiques particulièrement négatives en espérant qu’il y ait une surprise à la sortie ! Eh bien malheureusement, ce fut une réelle déception, et je dois admettre que pour une fois je suis d’accord avec les critiques négatives que j’ai pu lire…

Par où commencer tant je trouve que ce Suicides Squad est rempli – malheureusement – de défauts :p
Parlons tout d’abord des personnages en faisant comme dans le film, une petite présentation/critique les uns après les autres, avec tout d’abord ceux qui récupèrent les bons points des professeurs :p

En première position nous retrouvons Harley Quinn, anciennement le Dr. Harleen Quinzel, qui fut la psychiatre du Joker et qui n’en est pas ressortie indemne. Margot Robbie est l’une des rares à tirer son épingle du jeu. Elle interprète parfaitement le personnage en nous offrant une Harley Quinn VRAIMENT frapadingue et dangereuse, à la fois marrante, folle et flippante, tout en ayant une facette brisée et plus sensible que l’on découvre plus tard dans le film. Harley Quinn en est presque touchante car bien qu’elle soit tout de même une « super vilaine » on se rend compte qu’elle est comme ça par amour pour le Joker, un amour passionné, un amour « fou » qui la plonge dans une relation totalement dysfonctionnelle avec le prince du crime.
Cependant, la question que l’on peut se poser est que la qualité de ce personnage est peut-être dû aussi au fait qu’elle a énormément de temps à l’écran :p Elle a la part du lion avec beaucoup de présence à l’écran, de phrases accrocheuses, d’actions et même sa back story est vraiment la plus sympa je trouve, avec notamment l’apparition de Batman pour la capturée ce qui offre encore une fois de l’action et même de l’humour.
C’est un des rares protagonistes de ce film que l’on aimerait revoir par la suite – avec le Joker bien entendu – par exemple dans le prochain Batman 😉

Floyd Lawton alias Deadshot est joué par Will Smith. Il est partagé entre sa vie d’assassin et sa vie de père. Je trouve qu’il est le second personnage qui s’en sort. Beaucoup l’ont critiqué car il fait du Will Smith. Après, il n’a jamais vraiment réussi à faire autre chose et c’est un peu pour ça qu’on l’aime aussi :p Je l’ai trouvé crédible avec son côté badass, qui offre à la fois des moments assez marrants et de bonnes petites scènes d’actions. La mise en œuvre de l’assassinat que l’on voit est cool, et lorsque l’on voit Deadshot se défouler contre les gardes de la prison ou faire sa démonstration de tireur qui ne rate jamais sa cible, c’est vraiment très cool ! 🙂
A mes yeux on ne peut pas lui enlever ça, Will Smith assure en Deadshot ! S’il n’avait pas été là, je pense qu’il y aurait eu un gros trou dans le film (ou peut-être plus de place pour les autres :p). Et puis Harley Quinn ne peut pas tout faire non plus lol
Petit point assez critiqué, le fait qu’il ait sa fille et qu’il soit un peu papa poule. Personnellement cela ne m’a pas gêné. Je trouve que cela offre une certaine profondeur au personnage qui se moque de tuer n’importe qui mais qui est prêt à mettre un terme à ce qu’il fait pour sa fille. Oui, c’est un méchant, mais cela ne l’empêche pas d’être complexe 😉 De plus, on se rend compte que, bien qu’il soit un assassin, il a un certain code d’honneur. J’ai bien aimé aussi cet aspect-là. Vous l’aurez compris, j’ai trouvé Deadshot vraiment cool 🙂 Et le revoir dans un prochain film serait un plaisir !

Je vais vous parler maintenant du Joker même si ce dernier n’est pas membre de la Suicide Squad, il est le troisième personnage du film qui tire son épingle du jeu. Jared Leto reprend donc le flambeau après Jack Nicholson et Heath Ledger, lourde tâche mais pour ce que l’on a pu voir (j’aurais pu dire le peu que l’on a pu voir :p) j’ai trouvé son interprétation du Joker intéressante. Jared Leto est pour moi un bon choix car il est connu pour aller dans « l’extrême » pour incarner les rôles qu’on lui donne, et de se plonger la tête la première dans le personnage.
Il n’y avait aucun intérêt à faire une copie ou un mixe de ce qu’avaient pu faire Nicholson et Ledger, Leto l’a même dit lui-même. Je trouve qu’il est parvenu à nous offrir un Joker à la fois un peu flippant, clairement fou, avec une part de gangster et j’ai vraiment envie d’en voir plus.
Il était pour moi la raison majeure qui m’a poussée à aller voir ce film, comme beaucoup de personnes d’ailleurs – vu que la promotion était presque basée essentiellement sur ce personnage – et malheureusement, de nombreuses scènes ont été coupées en raison de la classification PEGI-13 au lieu de R-Rated (Pourquoi un tel choix ? Commercial bien entendu). On se retrouve un peu arnaqué à la fin… mais bon je ne rentrerais pas dans cette polémique…
Toujours est-il que le Joker de Jared Leto semble avoir du potentiel, et il est vraiment dommage qu’il n’ait pas été davantage mis en avant dans le film comme cela avait été prévu car cela aurait pu grandement améliorer la qualité de ce Suicide Squad plus que fade.
J’espère en tout cas retrouver le Joker dans le prochain Batman pour le voir en action et en savoir un peu plus sur ce personnage (Ayer à craché le morceau sur l’origine des dents en ferraille du Joker et de certains tatouage. Dommage que ce soit révélé comme ça et non expliqué dans le film… Warner et DC, ou Ayer, ont vraiment une drôle de façon de faire des films…).

Venons-en maintenant aux autres membres de l’équipe, qui eut ne récoltent pas beaucoup de bon points, en commençant par Chato Santana alias El Diablo (Jay Hernandez). Possédant des pouvoirs de pyrotechnie, je n’ai pas grand-chose à redire sur le personnage. Je ne le connaissais pas vraiment, et sur le papier, c’est assez sympa. Toutefois, bien que sa back story soit courte mais claire et précise, il est pendant presque tout le film totalement inintéressant. Dans une période de rédemption, El Diablo ne veut plus utiliser ses pouvoirs, donc on le voit faire des flammes qu’une seule fois durant le film avant le show final. Sinon il écrit des lettres en feu, et fait danser des petits personnages en flammes… en gros il ne sert strictement à rien pendant quasiment deux heures, et se réveille d’un coup à la fin du film pendant cinq minutes pour devenir un super saiyan !?! :p
ça tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, d’un coup il devient méga puissant, et surtout, la réplique de m**** juste avant « j’ai une nouvelle famille, je ne vais pas la laisser tomber » (c’est peut-être pas au mot près, mais le « j’ai une nouvelle famille » je confirme qu’il dit bien ça !), là je n’ai pas compris du tout ! Ils sont censés être des méchants, voir des psychopathes, mais ils passent une demi-journée ensemble et ils sont déjà dans un principe « On va faire de la colloc après s’être débarrassé du gros méchant »… C’est du grand n’importe quoi ! Bref, alors que le personnage aurait pu être sympa en psychopathe voulant faire rôtir tous ceux qui le mettraient en pétard, on se retrouve avec un El Diablo absent du début à la fin, jusqu’à sortir une réplique digne d’une série Disney avant de devenir Godzilla. C’est rare quand je dis ça, mais là c’était n’importe quoi ! Oui, je vais commencer à être méchant lol

Viens ensuite Digger Harkness alias Captain Boomerang interprété par le sympa Jai Courtney. Alors, que dire sur ce personnage à part qu’il est présenté comme un alcoolique qui joue au boomerang. On ne le voit quasiment pas pendant le film (comme la plus part des membres excepté Harley et Deadshot), on ne lui donne quasi rien à dire si ce n’est des répliques de comptoir, du genre blagues et remarques débiles, il n’y a pas d’autres mots. Alors attention, je spoile un peu, mais que fait Flash en Australie pour attraper Captain Boomerang ??? J’ai trouvé ça assez incohérent, ça sort de nulle part, et c’est surtout sans intérêt de voir Flash apparaitre comme ça trois secondes.
Dernière petite chose totalement inutile qui est incorporée dans le film pour ce personnage, le fait qu’il ait un petit poney rose en peluche qu’il garde avec lui tout en partant en mission… oui vous avez bien lu :p Alors je me suis dit « ok, je ne connais pas vraiment le personnage, il doit y avoir une signification ». J’ai donc regardé sur internet, et j’ai trouvé… En gros c’est un délire de Ayer… c’est sans intérêt et à ses yeux c’était marrant. Là, il m’a tué :p Le personnage n’a pas une seule réplique ou moment d’action intéressant, mais par contre perdre du temps à nous montrer qu’il a une peluche de petit poney sous sa veste ça c’était important pour lui… C’est d’une tristesse, je n’ai pas d’autres mots…

Courage il n’y en a plus beaucoup lol 😉 Waylon Jones alias Killer Croc, joué par Adewale Akinnuoye-Agbaje, avait un potentiel énorme. Waylon Jones est né avec une mal formation et est un vrai monstre, fort, violent, qui peut briser n’importe qui, et il est relégué à la bête de foire qui, à part grogner, ne fait pas grand-chose excepté de la figuration. Niveau impressionnant, il est limite une copie des lézards de la série V des années 80. Je ne comprends pas qu’ils n’aient pas fait quelque chose de plus impressionnant, massif et même flippant. En plus de servir à rien pendant le film, ils ne lui ont même pas fait de back story, ce que je ne comprends pas non plus.

Pour finir niveau membres de la Suicide Squad, parlons de Christopher Weiss alias Slipknot (Adam Beach) qui est de la chair à canon. Pas de back story, deux lignes de dialogue, et deux minutes à l’écran. C’est le mec qui arrive de nulle part et repart aussi vite. Sachant l’histoire qu’il y a dans les comics, ce personnage aurait pu lui aussi être bien mieux traité. No comment…

Attaquons maintenant les personnages qui ne font pas parti de la Suicide Squad, mais qui évoluent autour, en commençant par celle qui la mise en place, à savoir Amanda Waller incarnée par Viola Davis.
Amanda Waller est un personnage sombre, qui ne fait pas la dentelle, se fait respecter et n’hésite pas à se débarrasser de ceux qui se dressent sur son chemin. Il faut admettre que Viola Davis l’incarne avec force et détermination, et que dire à part qu’on y croit. MAIS – car oui il y a un mais – à trop vouloir en faire, quelques passages sont lourd et peu crédible, toutefois elle s’en sort assez bien il faut l’admettre, sans pour autant que ce personnage m’ait vraiment bluffé.

Viens ensuite le leader de cette équipe, le Colonel Rick Flag interprété par Joel Kinnaman. Sensé être un gros dure, il ne dégage pas du tout ça durant tout le film. Au début il fait très cliché, pour ensuite devenir d’un coup super potes avec les truands constituant la Suicide Squad. Je veux bien qu’il y ait un peu le principe d’honneur, mais sa façon de faire est quand même too much et on n’y croit pas. De plus, sa relation avec le Dr. Moone/The Enchantress ajoute un côté guimauve que je n’ai pas aimé du tout et qui dessert énormément la crédibilité de Flag.

Tatsu Yamashiro alias Katana (Karen Fukuhara) arrive comme un cheveu sur la soupe au milieu du film. Je n’ai rien de spécial à dire sur elle car on ne la voit pas plus que ça :p Le gros problème avec ce personnage peut se résumer comme je l’ai dit un peu plus haut, comme un cheveu sur la soupe : on sait ce que c’est, on sait ce que cela peut faire, mais pourquoi c’est là et d’où il vient reste le grand inconnu de l’équation.
Le personnage pourrait avoir un potentiel, mais comment accrocher lorsqu’ils enchainent avec des scènes tout aussi incohérentes les unes que les autres. Elle débarque au bout de ¾ d’heure de film, sautant dans l’hélicoptère juste avant qu’il décolle, elle porte un masque, un sabre et parle Japonais genre tout le monde comprend (visiblement Flag la comprend… il est vraiment trop balaise :o), ensuite Flag ajoute – très naturellement – « attention son sabre mange les âmes »,  genre c’est normal :p
Je le jure, j’ai cru que c’était une blague qu’il faisait à l’équipe, du style « faites pas les imbéciles son épée va vous manger » :p Deux minutes après on a le droit à un flash-back incompréhensible où on la retrouve en train de tuer des membres d’un gang qui auraient apparemment tuer son mari, et pour finir on la voit pleurer dans un coin en parlant à la lame de son sabre qui fume pour donner un effet possédé. C’est là que j’ai compris que Flag ne rigolait pas en parlant de lame qui mange des âmes :p. Tout est mal amené 😦

Pour finir, le Dr. June Moone, possédée par l’Enchantress, est incarnée par Cara Delevingne. Elle n’est pas franchement convaincante. Elle devrait nous toucher avec sa détresse d’être possédée par la sorcière, et ça m’a laissé de marbre (lorsqu’elle dit à Flag qu’il doit la tuée si l’Enchantress fait n’importe quoi, on est aussi touché que si elle lui disait de ne pas oublier de prendre le pain et le journal s’il sort s’acheter des cigarettes :p). Alors est-ce que c’est Cara qui joue mal (même si je ne veux pas être méchant il y a des chances) ou c’est parce que Suicide Squad est bordélique et mal géré ? Là est toute la question. Toujours est-il qu’elle ne m’a pas convaincu en June Moone et encore moins en Enchantress (pourquoi Cara se trémousse comme Shakira à chaque fois qu’elle fait un tour de magie ? :p). Bref à oublier

J’ai quand même bien aimé retrouver Ben Affleck en Batman/Bruce Wayne et Ezra Miller en Flash (même si c’était vite fait lol). Une petite attention sympa.

Voilà ce qu’il en est des personnages, du bon, mais surtout du moins bon, avec du mal écrit, mal joué, et pas assez traité. Déjà, à ce niveau-là j’ai été très déçu. Et le reste est du même style, il y a de l’idée niveau scénario, mais il y a vraiment un arrière-goût de pas fini, ou fait à la va vite, avec de l’incohérence et de la mauvaise réalisation.
Ce que j’ai compris de l’histoire, c’est que les évènements qui se passent à Midway City sont dû à Waller qui voulait utiliser quelque chose de mal en arme et ça n’a pas marché. Mais c’est mal expliqué et on est au final pas franchement certains du pourquoi du comment. Ce qui fait que la première demi-heure, où ils font plus ou moins une liste des divers membres de l’équipe, est intéressante, mais lorsque l’on rentre directement dans le « vrai » pitch du film, ça ne marche plus. C’est une succession d’évènements pas franchement connectés, avec un manque de cohérence. Tout s’enchaine comme s’ils avaient imbriqués un ensemble de scènes sans réfléchir. Trente minutes sympa sur deux heures c’est pas beaucoup quand même :p

Concernant le méchant et ses minions, que dire à part qu’ils ne ressemblent à rien. Alors que les suppositions allaient bon train avant la sortie du film – allant jusqu’à supposer que Brainiac allait être introduit dans le film – on se retrouve avec un méchant plus que secondaire sorti du fin fond des cartons de comics, sans aucun charisme, pas franchement de texte, et qui n’offre aucun réel challenge. Bien qu’il soit rejoint par un autre méchant un peu plus connu, ça n’arrange pas du tout les choses.
J’ai vraiment espéré pendant un temps qu’un « vrai » méchant allait surgir… mais non 😦
De plus, les « soldats » de ces méchants sont d’une laideur !!! Ils ressemblent à du gloubiboulga sur pate, ou des mecs recouverts de papiers bulles rempli d’encre, à vous de voir 😉 C’était tout simplement moche. Avec le budget, les idées et les effets spéciaux d’aujourd’hui, ce n’était quand même pas compliquer de trouver quelque chose d’original, au lieu de nous donner des cousins du blob qui ont des jambes !
Il y a tellement de méchants dans l’univers de DC qui aurait pu être utilisés, et tellement de plans diaboliques possibles, pourquoi faire une telle chose ? J’en reste encore choqué. Plus je pense au film, et plus je lui trouve des défauts.

Pour finir j’ai trouvé que la musique était totalement à côté de la plaque. Il n’y a pas de bande son vraiment accrocheuse, c’est un ensemble d’un peu tout et n’importe quoi sans la moindre cohérence – tout comme le film – avec Skrillex, Lil Wayne, Wiz Khalifa, Imagine Dragons, Twenty One Pilots, Eminem, Panic! At the disco, Creedence Clearwater Revival, The Rolling Stones, Rock James, AC/DC, Kanye West, Black Sabbath, The White Stripes, Norman Greenbaum ou encore Queen.

Je sais, vous m’avez sûrement trouvé méchant durant cette chronique, mais j’estime être assez ouvert d’esprit, à toujours chercher les points positifs, mais là, je n’y arrive pas.
Excepté trois personnages vraiment sympas, le reste du cast prend l’eau totalement. Ils ne laissent de la place que pour Harley Quinn et Deadshot et des moments qui ne servent à rien. La trame est mal gérée ce qui fait que les autres protagonistes sont juste là pour faire jolie alors qu’ils auraient pu être bien plus creusés. C’est un vrai gâchis de potentiel.
De plus, réaliser un film classer PEGI-13 alors que l’on parle de tueurs et psychopathes formant une équipe, c’est complètement aberrant. Deadpool était classé R et a très bien marché, pourquoi ne pas avoir fait pareil ? C’est une grosse erreur ! Tout ça pour essayer de plaire au plus grand nombre ! Je trouve ça vraiment nul de la part de DC et Warner. De plus, cette classification tout publique a été particulièrement négative pour le personnage du Joker et c’est fort dommage.
Pour finir, ils nous offrent un scénario décousu, bâclé, mal fait, sans enjeu, ce qui fait que la sauce ne prend pas et au bout d’une heure on commence à regarder la montre.
Comme toujours Warner et DC veulent aller vite, en faire beaucoup et plaire à tout le monde. L’erreur est la même que pour Batman V Superman mais en cent fois pire !!! Ils ont voulu faire tout et n’importe quoi, tout en essayant d’être drôle, de faire peur, d’être violent, d’être sentimental, un vrai mélange indigeste où on ne comprends pas grand-chose, et je ne parle même pas de ceux qui ne connaissent pas le monde de DC et qui ont vu ce film.

Avec Man of Steel et Batman V Superman ils étaient tout de même bien partis en offrant des films plus adultes et sombres, dans la veine des Batman de Nolan.
Pour moi, Suicide Squad est un échec à 80% (au moins). Le réalisateur David Ayer parle d’un « anarchic punk rock art movie », je suis désolé mais je ne vois rien de tout cela. Il n’y a pour moi rien qui ressemble à du punk, du rock ou encore à de l’art dans ce film et si pour Ayer être anarchique c’est mettre un coup de batte de baseball dans une vitrine pour voler un sac à main, faut qu’il change de registre de film. Il avait pourtant quelques bons films à son arc, et il m’a réellement déçu
A mes yeux Suicide Squad ne vaut pas plus de 7/20 et encore je pense que je suis gentil. Je pense que même une director’s cut ne pourrait pas rattraper ce résultat plus que médiocre. Rien ne va, rien ne colle, plus j’y pense et plus je me dis que rien ne tiens debout dans ce film. Même la scène post-générique est inutile.
Suicide Squad est pour moi un film clairement dispensable et même à éviter. Il ne vous empêchera pas de suivre l’Univers DC, en espérant que Justice League ne soit pas du même style :p

A bientôt,
D.A. Green

Publicités

17 réflexions au sujet de « Suicide Squad, un titre évocateur ? »

    fabien28 a dit:
    18 septembre 2016 à 17 h 48 min

    Tout à fait d’accord avec toi. Autant sur bvs, on était en désaccord, autant la je te rejoints. Tu as tout dis (sauf peut être l’interprétation du joker clairement médiocre de mon point de vue aux regards des précédents acteurs qui ont joué ce rôle. Dommage car j’adore jared comme toi).

    Aimé par 1 personne

      desmondag a répondu:
      1 octobre 2016 à 10 h 25 min

      J’aime quand les avis sont différents mais c’est cool aussi d’être en accord 😉
      Eh bien que dire… rien je crois que tout est dit sur ce film qu’il faut oublier lol Après, juste pour défendre Jared car c’est mon chouchou :p Je dirais que pour juger convenablement sa performance il aurait fallu beaucoup plus de présence. Son interprétation était pas mal, et je pense qu’il pourrait franchement faire mieux, mais pour cela il faudrait qu’il lui laisse bien plus de présence… ce qui risque d’être difficile excepté s’il est intégré dans le prochain Batman. Ce que j’aimerais beaucoup 🙂
      Merci ton suivi et tes commentaires 😉 N’hésite pas à revenir donner ton avis, même si on n’est pas d’accord 😉
      Desmond

      (au passage désolé pour le temps de réponse, mais j’avoue que la recherche de boulot en ce moment ne me permet pas de répondre rapidement, sorry 😉 Mais sache que je réponds toujours, même en retard lol)

      Aimé par 1 personne

    Sweet Judas a dit:
    18 septembre 2016 à 21 h 04 min

    La nullité de l’été 2016 alors que les trailers laissaient espérer un truc bien dark et même un peu malsain. Mais non, on a eu droit à une soupe tout public, un Willou plein de bons sentiments (oui, c’est mal ce que je fais, je tue des gens ma chérie, je sais c’est pas bien)(un nouveau contrat pour 2 millions ? Ok banco) qui explique le théorème de Pythagore avec une histoire de trajectoire de balles (LOL), un Joker ridicule (Jared, va te pendre très loin s’il te plaît) et on va pas s’attarder sur sa relation avec Harley parce que là on frôle la catastrophe, un Killer Croc INEXISTANT et un scénario qui brasse du vent pendant deux heures. Mon Dieu que c’était douloureux à regarder… (oui, surtout Cara et son breakdance sorti du néant, tutafé).

    Aimé par 2 people

      desmondag a répondu:
      1 octobre 2016 à 10 h 29 min

      J’avoue, j’aime quand j’ai des commentaires qui différents ou qui ouvre un débat, mais pour Suicide Squad je suis content d’avoir des commentaires comme le tiens car je ne trouve vraiment aucune qualité à ce film :p
      Et ça fait plaisir de voir que tout ce que tu dis rejoint mes idées. Rien de plus à ajouter votre honneur 😉
      A oublier lol
      Merci pour tes commentaires et ton suivi 😉 N’hésite pas à revenir !
      Desmond

      (désolé pour le retard de réponse, la recherche de job me prend beaucoup de temps en ce moment, mais sache que je réponds toujours, même si je suis long :p)

      Aimé par 1 personne

    oceaneferreira a dit:
    18 septembre 2016 à 21 h 32 min

    Personnellement j’ai trouvé le film assez décevant, je prépare aussi ma critique 🙂

    Aimé par 1 personne

    Vanessafari a dit:
    20 septembre 2016 à 11 h 28 min

    Tu as un excellent style rédactionnel, sympa, concis etc, sur ce point je dirais bravo pour cet article comme pour tous les autres que j’ai eu (et aurai) le plaisir de lire… Tout en ayant sur Suicide Squad un point de vue un peu différent. En ai-je lu des critiques négatives avant d’aller le voir… Elles disaient en gros que ça avait beau censé être du DC, au niveau visuel ça ressemblait surtout à du Marvel (aucun souci pour les gens qui aiment les deux 🙂 …). Elles disaient aussi que le film parlait surtout de Deadshot, un peu moins de Harley Quinn, que la troisième star était Joker, quant aux autres personnages, bof. Et enfin elles posaient la question « mais qu’est-ce que c’est que ces méchants », pas assez timbrés, pas assez féroces… Ces critiques m’ont mis un gros doute, pourtant j’avais la certitude que ce film valait le coup d’être vu. Mon impression, c’est en fait qu’il cumule d’une part ce que j’appellerai des maladresses compréhensibles, également une part d’oublis, et enfin une part de subtilités intéressantes. Exemple : Slipknot, la chair à canon du film, sorti en express pendant que Will Smith (même pas la peine d’essayer de lui coller le nom de son personnage, ça ne tient pas) (se la) joue du début à la fin. Adam Beach joue un Natif dispatché même pas proprement par un descendant d’Européen (Rick Flag avec son nom de drapeau bien patriotique) après avoir trop fait confiance à un autre descendant d’Européen (un Australien, c’est le moment de penser avec compassion aux Maoris)… Echo intéressant à l’Histoire des USA avec sa part de cruauté, d’ironie, d’absence de remise en question. L’importance accordée aux personnages au vu de leurs origines semble peu anodine, le tapis rouge aux pieds de Deadshot tellement dans l’air du temps… Killer Croc et El Diablo sont mis en veilleuse jusqu’à l’affrontement crucial où ils révèlent tous leurs pouvoirs, précisément pour que personne ne puisse se dire qu’il n’y a qu’eux pour réussir à accomplir certains aspects de la mission. C’est un peu une façon de masquer combien le scénario est par moments cousu de fil blanc, d’où mon expression de maladresse compréhensible. Le gros souci des films américains, en général, c’est que chaque détail trouve sa signification quelque part, il n’y a quasiment pas de bricole anodine (à part la licorne en peluche de Captain Boomerang, qui, pour le côté « softie » qu’elle apporte à ce dur à cuire, m’a fait sourire). On recoupe les éléments et on devine la fin directement… Sauf que pour le coup, le scénario réserve tout de même des surprises. Pas que des bonnes diras-tu… Soit. Dommage que tant de scènes du Joker aient été coupées au montage, et qu’on ne voie pas mieux comment il oeuvre à mettre la mission en péril pour récupérer Harley Quinn, ça aurait ajouté du suspense. Il y a un déséquilibre dans le traitement de ce couple de timbrés, on n’en profite du coup qu’à moitié, c’est pourquoi j’espère que les scènes coupées seront dans le DVD pour mieux apprécier la performance de Jared Leto. Voilà pour la mauvaise surprise. La bonne, je trouve, c’est qu’au début du film on vous dit « ceux-ci sont les gentils, ceux-là sont les méchants », et quand on avance on se rend compte que les frontières entre le bien et le mal sont floues, que des cinglés peuvent être humains, que des gens présentés comme bien peuvent être sans scrupule et qu’il suffit de changer de cadrage pour changer de point de vue. Ce film, je pense, ne cherche pas à coller à la norme, ni en tant que film DC, ni en tant qu’histoire de gentils et de méchants, mais à être subversif tout en étant, et ça aussi c’est cool, tous publics. Les films de plus de deux heures, généralement, je décroche en route, mais là, la durée du film, je ne l’ai pas sentie passer.

    Aimé par 1 personne

      desmondag a répondu:
      1 octobre 2016 à 10 h 54 min

      Alors tout d’abord, merci beaucoup pour se commentaire particulièrement long, détaillé et très intéressant ! Et merci beaucoup pour le commentaire très gentil sur mes articles 😉

      Après je suis impressionné par ta lecture que je qualifierais de « deuxième niveau pour ce film » (terme non péjoratif bien au contraire). C’est une lecture philosophique étonnante et qui se tiens tout à fait. Que dire si ce n’est que ta plaidoirie pour se Suicide Squad tiens totalement debout et je ne peux pas aller à l’encontre de ce que tu dis. Franchement, bravo pour l’avoir vu ainsi !
      De plus je suis assez d’accord pour le Joker qui avait un fort potentiel et qui malheureusement a vraiment été trop coupé. Sa relation avec Harley Quinn pouvait ajouter beaucoup au film. Dommage.

      Toutefois, une chose me titille dans ce que tu dis. Même si ta double lecture m’impressionne, niveau scénario je ne te rejoins pas. D’un point de vue le plus impartial possible, je trouve vraiment le film vide concernant le scénario. Les enjeux ne sont pas clairs, et l’ensemble fourmille d’incohérences et raccourcis à tout va qui donne un ensemble très brouillon. Pour moi, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un film si mal découpé et il me donne vraiment l’impression d’être un film de seconde zone, du style « sortie direct en DVD ». Le scénario, même si c’est un film de superhéros est vraiment pauvre…
      Et pour ce qui est du côté « les méchants peuvent être gentils et réciproquement », oui, je te suis là-dessus, MAIS, c’est un sujet abordé dans tous les sens c’est dernières années, et on ne peut clairement pas rendre un tel sujet tout public. C’est justement l’erreur majeur du film, vouloir faire du tout public avec un sujet qui n’est pas fait pour ça. Excepté quand on fait des films Disney, et là j’avais vraiment l’impression de voir un film pour des enfants de 10/12 ans.
      Ils ont clairement fait un film guimauve de Suicide Squad. C’est pour moi le gros point négatif du film. Ce serait comme faire un Deadpool sans gros mots et effusions de sang, ou un Punisher qui ne ferait que blesser ses adversaires. Les exemples pourraient être nombreux, mais l’aspect « la ligne entre le bien et le mal est fine » est très mal traité dans Suicide Squad.

      Toujours est-il que même si sur ce point-là nous ne sommes pas d’accord, j’ai beaucoup aimé ta vision des choses qui est impressionnante !
      Merci beaucoup pour ton commentaire et n’hésite pas à revenir partager ton avis, je lierais et répondrais à ton commentaire avec plaisir 😉
      Desmond

      J'aime

    lashra a dit:
    20 octobre 2016 à 22 h 27 min

    Aller, et pas uniquement pour faire mon contestataire, je suis vachement plus tempéré sur ce film (qui certes m’a quand même déçu car j’en attendais beaucoup) et je lui ai même mis plus que la moyenne. Après, je suis d’accord sur pas mal de choses dites dans cet article surtout sur la partie « guimauvage » du film alors qu’il AURAIT dû être très sombre. Néanmoins, je ne me suis pas ennuyé et certaines prestations font largement le job (bon d’autres sont à chier).

    Aimé par 1 personne

      desmondag a répondu:
      1 novembre 2016 à 19 h 33 min

      J’aime bien quand ça conteste un peu t’inquiète 😉
      Tout n’est pas à jeter dans ce film c’est certain, mais l’un des gros problèmes est justement l’aspect guimauvage du film comme tu dis. S’il avait été sombre en représentant des vrais méchants, certains « mauvais points » auraient pu être moins marquants. Je ne me trouve d’ailleurs pas vraiment dur en ne mettant pas la moyenne car au final il n’offre que peu d’intérêt. La majorité du film est – malheureusement – oubliable. Ils auraient pu faire quelque chose de grandiose et je trouve que le résultat permet juste de tuer le temps :p Eh bien généralement ce n’est pas mon problème de m’ennuyer durant un film mais là j’avoue – après je ne me suis pas endormi non plus lol – j’ai trouvé tout de même le temps longs… mais certains de mes zamis ne se sont pas ennuyer donc je peux comprendre ton point de vu 😉
      Merci en tout cas pour ton commentaire 😉
      Desmond

      J'aime

      desmondag a répondu:
      1 novembre 2016 à 19 h 34 min

      N’hésite pas à revenir faire le contestataire quand tu en as envie 😉

      J'aime

    […] – The Crow d’Alex Proyas, le seul, le vrai, l’unique. – 18 Septembre 2016 – Suicide Squad, un titre évocateur ? – 11 Septembre 2016 – Batman V Superman, une deuxième pierre un peu bancale pour […]

    J'aime

    […] – en général je n’ai pas été franchement déçu, excepté par, je vous le donne en mille, Suicide Squad ! Oui, il me reste toujours un peu en travers de la gorge tant il y avait du potentiel pour en […]

    J'aime

    AnnoyingUnicorn a dit:
    31 mars 2017 à 9 h 08 min

    Je rejoins ton avis sur le Joker, j’ai trouvé la performance de Letho tout à fait valable. Heath Ledger était excellent évidemment, inquiétant et dangereusement intelligent. On sentait qu’il n’était pas complètement net…
    Autant Letho, on sent le côté sadique, dominateur et instable. Il adore terroriser, il peut être doucereux autant qu’impitoyable. C’est comme un élastique tendu à l’extrême et sur le point de claquer pour t’arriver dans la tronche. Un élastique avec des clous. Rouillés.

    Aimé par 1 personne

      desmondag a répondu:
      7 mai 2017 à 19 h 20 min

      Merci ça fait plaisir de voir que quelqu’un comprend mon point de vue sur ce pauvre Jared 😉
      Jared se débrouille tout de même pas mal pour donner une autre version du Joker sans essayer de copier les précédents et c’est tout à son honneur je trouve.
      Par contre j’aime beaucoup la comparaison avec l’élastique plein de clous lol Belle image 😉
      Merci pour le com !
      Desmond

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s