united states

Mr. Pickles, ne vous fiez pas aux apparences, un dessin animé à ne pas mettre entre toutes les mains :p

Publié le Mis à jour le

Oui c’est un dessin animé, mais attention, il est clairement dans la veine des Simpson, American Dad et autres South Park, sauf que là, ça va bien plus loin :p Ne pas se fier à la couverture de la série 😉

Un peu d’images pour mettre dans l’ambiance. Attention, interdit aux moins de 16 ans ! J’aurais prévenu !


Lire la suite »

Publicités

Retour d’Incubus avec l’EP « Trust Fall », très bon mais trop court, en espérant que le prochain arrive vite !

Publié le Mis à jour le

Après un Light Grenades en 2006 très rock californien et un If Not Now, When ? très aérien et déroutant (sans pour autant être mauvais), Incubus nous revient avec un EP 4 titres nommé Trust Fall (au moins un second viendra plus tard voir plus ou un album, l’histoire n’est pas très clair mais en tout cas il devrait rapidement y avoir plus de matériel à se mettre sous la dent 😉 ) ce qui en soit pourrait dérouter car cela fait peu, et l’ensemble ne dure qu’une petite vingtaine de minutes.

Incubus_2015_TrustFall_cover

Toujours est-il que l’EP Trust Fall est de qualité comme vous pouvez le voir avec un premier morceau, le clip d’Absolution Calling.


Lire la suite »

« Riddick » Vin Diesel relance son héros.

Publié le

Aaaah Riddick, sacré histoire que ce Furyan vous ne trouve pas ? Ah ? Vous ne connaissais pas ? Alors laissez-moi vous raconter un peu son histoire.

riddick-01

Tout commence avec le premier film Pitch Black en 2000, film qui a plus ou moins permis à Vin Diesel de sortir de l’ombre. Réalisé par David Twohy (qui s’est occupé des trois films), on découvre un anti-héros Richard B. Riddick possédant des yeux « synthétiques » lui permettant de voir dans le noir. Ancien soldat et mercenaire, il est réputé pour être un tueur sans foi ni lois. Dans ce premier épisode il va aider un groupe de survivants (d’un crash de vaisseau dans lequel il était retenu) à quitter une planète infesté de monstre. On le retrouve ensuite en 2004 pour les Chroniques de Riddick. Dans ce deuxième épisode ils essaient de mettre les petits plats dans les grands pour donner une vrai mythologie au personnage de Riddick (qui est pour moi un des meilleurs anti-héros que j’ai vu au cinéma), malheureusement ils manquent leur coup. Le film est « sympa » mais l’histoire ne tiens pas debout, on ne comprend pas vraiment qui est quoi, et beaucoup d’éléments n’ont pas de sens et ne tiennent pas debout. Personnellement je l’ai trouvé sympa mais uniquement en l’ayant regardé chez moi et en me disant que de toute façon je pouvais éteindre mon cerveau :p Ce deuxième opus était donc assez mauvais il faut le dire et j’avais bien cru que cela avait été le coup de grâce pour ce personnage charismatique. Toutefois, à mon plus grand étonnement, au fur et à mesure des années les rumeurs se mirent à courir comme quoi Vin Diesel voulait reprendre le rôle et lancer un troisième épisode sobrement intitulé « Riddick ». Bonne nouvelle ou mauvaise, dur à dire sur l’instant. Et le film est finalement sorti en 2013. J’avoue je ne suis pas allé le voir au cinéma, j’ai longtemps hésité mais j’ai finalement vu le film chez moi.
Mais avant d’en parler voici une petite bande annonce.

Ce troisième épisode cinématographique des Chroniques de Riddick se déroule 9 ans après les événements de Pitch Black. Riddick (Vin Diesel) est à la tête des Necromonger en tant que Lord Marshall mais c’est un rôle qui ne lui réussit pas car n’ayant pas prêté allégeance à leur fois ses troupes se divisent et tentent à plusieurs reprises de l’assassiner. Il passe donc un accord avec son Commander Vaako (Karl Urban, dommage qu’il ne soit que très peu dans le film), en échange de la localisation de Furya (la planète d’origine de Riddick) et d’un vaisseau il laissera les clefs du royaume à Vaako. Manque de chance pour Riddick, tout ceci n’est qu’un nouveau plan pour l’assassiner et il se retrouve en compagnie de plusieurs Necromongers sur une planète qui n’est rien d’autre qu’un caillou sans vie. Le groupe de Necromonger tentent de se débarrasser de lui, et dans leur tentative ils font s’écrouler la corniche où ils se trouvent. Riddick s’en sort et commence alors le voyage initiatique de Riddick pour se retrouver psychologiquement et surtout déguerpir de se caillou infesté de monstre et où il va croiser aussi la route de chasseurs de primes souhaitant sa tête dans un bocal. Que du bon en perspectives 😉

katee sackRiddick-2013-Wallpaper-Batistariddick-firstlook-karlurban-tsr

Avec ce nouvel opus, David Twohy et Vin Diesel essaient de redonner ses lettres de noblesses à Riddick après un second épisode en demi-teinte. Ici on revient aux basics (et c’est peu de le dire) et on ne cherche pas à faire une histoire trop compliquée. Ils vont direct à l’essentiel et ça se sent, l’introduction (à savoir jusqu’à ce que Riddick soit sur cette planète) dure dix minute tout au plus. On oublie les Necromonger et Riddick se retrouve sur un vieux caillou infesté de monstres et de chasseurs de primes tout comme ? Tout comme ? Et oui tout comme Pitch Black le tout premier épisode des Chroniques. Ce film a un très gros air de déjà vus, mais avec un plus gros budget. J’ai tenté le coup quand même et j’en suis assez content. Riddick revient aux basics, sauver sa peau et rien d’autre. On retrouve quand même un aspect humain, il ne laisse pas mourir tout le monde, le chien est d’ailleurs particulièrement attachant, car oui il y a un chien et on sait tous que le côté avoir du cœur pour un gentil toutou ça fait cool pour un héros 😉 Concernant les chasseurs de primes, on a le plaisir de retrouver Katee Sackhoff (que l’on ne voit plus assez à l’écran depuis la fin de Battlestar Galactica), Dave Bautista, Jordi Molla (complétement fou mais très marrant) ainsi que Matt Nable (peu connu mais commence visiblement à faire son trou car il incarne dans la saison 3 de Arrow le personnage de Ra’s al Ghul). Toute cette petite bande est particulièrement marrante et assez déjantée, qui plus est, le fait de faire intervenir deux équipes de chasseurs de primes qui s’affrontent pour attraper Riddick je dois admettre que c’était une très bonne idée, dynamisant énormément le film. Le point que j’ai particulièrement aimé a été de connecter le passé des chasseurs de primes avec le premier film (je n’en dirais pas plus), ainsi une connexion se fait (facilement sans chercher à faire quelque chose de phénoménal) et rend l’ensemble relativement cohérent et rajoute de l’intérêt.

riddick-3-vin-diesel-throne

De manière général le film est assez convenu (beaucoup d’événements très clichés et peu originaux), et je n’ai guère était surpris. Toutefois, on passe un bon moment, c’est divertissant en dépit de l’attitude quelque peu ringarde de Vin Diesel au début de sa survie sur cette planète. Il y a du bon comme du mauvais, mais ils voulaient repartir des bases fraiches et solides, ce qui est réussi. Même si vous n’avez pas vu les premiers cela ne changera pas grand-chose car ce film peut quasiment être considéré comme un reboot, on efface tout et on recommence en essayant de faire mieux. Au final, c’est un bon divertissement, à ne pas mettre toutes les mains tout de même, mais il vaut le détour, toutefois à la maison en DVD et non au cinéma. Il vaut bien un 12,5/20 et mérite un peu de votre attention un soir d’hiver où vous ne voulez pas mettre le nez dehors.

Enjoy !
Desmond Andrew Green

Pitch Blackles-chroniques-de-riddick-e211811175515_800

PS. Gros coup de poker de la part de Vin Diesel qui hypothéqua sa maison à l’époque pour le financement du film, il a fort heureusement récupéré sa mise et pas qu’un peu (près de trois fois le montant de la production). Face à ce succès, tout particulièrement en DVD, un quatrième épisode est en route, Riddick n’a pas fini de nous faire rêver (ou rigoler :p).

« Groundhog Day » A movie that we like to watch again and again and again !

Publié le Mis à jour le

I must confess something, it is hard to say, but, I am not really young :p So I grew up with 80’s movies and I know them quite well 😀
That is why I am going to speak about the movie « Groundhog Day » with the famous Bill Murray (the second movie I have seen with him when I was young, just after Ghostbuster’s), a movie that really left me good memories because I really laugh a lot. Let’s see the trailer.

I decided to watch this movie again few weeks ago (with my girlfriend because she never seen it) and I realized it aged properly because we laugh a lot together and she enjoyed this movie.
It was realized by Harold Ramis (yes! Doctor Egon Spengler from Ghostbuster’s 1 and 2) in 1993, it doesn’t make us any younger 🙂 )

51EVxBEKg6L

We are following along this movie the story of Phil Connors (Bill Murray, outstanding like usual), announcer in a small TV station, with a huge ego and acting like a rude stupid guy with every people he meet, because he think he is a big TV star, but he is not. Like every years, he has to go to the small city Punxsutawney to covering the annual event of the Groundhog Day. He went to this city with his cameraman Larry (Chris Elliott) and his producer Rita (Andie MacDowell). However, weary to do this reportage every year, he made a sloppy report, hopping that he will be able to get back to Pittsburgh quickly. Unfortunately, a snowstorm, which he announce on the screen earlier to be in another region, hit the small city of Punxsutawney, forcing them to stay on more day.
This is where it all begin. After this night, Phil wake up and seems to have a filling of « déjà vu » and realize quickly that he is back to the Groundhog Day. This day goes like the last time and Phil seems to be the only one to realize that.
Totally lost at the beginning, Phil start to realize that it is not a nightmare but a good opportunity to do what he want, among craziest things. At this point, the film begin to be a repetition of the same day with a lot of gags each one most craziest than the others.

bill-murraybill-murray-300dmurray

During this movie, le character of Phil is going to learn to listen other people, caring more about them than himself. He start the movie acting as a selfish guy, really mean, but step by step, he became someone really close to other people, saving them, helping them, or simply listening them, seeing that we can find pleasure to help others and seeing them happy.
He is going to realize that learning is something that allow to see the world in a different way, that nothing is acquired, we can learn every single day during all our life. And after all that, he will learn to love and will find the true one, a love that you cannot gain with money, or glory neither power.
This movie is a total success and reflects a style of movie that almost disappear nowadays. There is no dirty jokes, swearword or naked woman in it. I see this film like a fable, simple, honest. Harold Ramis tells us a good story, funny and full of feelings. It is with movie like this that you realize that sexes, violence or special effects are not really necessary to make people dreaming. Sincerity, honesty and creativity it is all that matter.
Moreover, you have to realize that the concept is simple, live the same day again and again, the principle of the time loop has been re-used after this movie a lot of time in other production in the theater or on TV (Edge of tomorrow recently, but also TV show like supernatural, stargate, and the list could be longer). In some sort of way, this 20 years old movie was a precursor about this concept 🙂

GroundhogDaySnowman

In summary, this movie is relatively philosophical and seduce a lot of people when it was release, gaining almost six time the investment which is really a lot for a movie of this period, and it stay cult and a reference since more than twenty years in the all world (i am still a big fan).
I really recommend this movie and give him a grade of 17/20, it is really a good quality and does not getting old and could fit to every generation.
This movie is like a reflexion about life, and the meaning of it.

Enjoy 😉
Desmond A. Green
PS. Do not hesitate to let comments, start discussions and say what you are thinking about this movie 😉

groundhog-day-1

Supernatural, bientôt dix ans de carrière et une fin de saison 9 époustouflante !!! (SPOILER)

Publié le Mis à jour le

Et oui déjà la fin de la saison 9, et quelle fin mes amis, quel fin de oufffffff !!!!
Mais bon, je vais me détendre et parler de tout ça en arrêtant de faire mon fan hystérique des frères Winchesters :p

Toutefois, avant de parler de cette saison, remettons un peu tout cela dans le contexte.
Supernatural suit l’histoire mouvementé des frères Winchester Sam et Dean. La mort de leur mère, tuée par un démon (Azazel) lorsqu’ils étaient encore enfants, a poussé leur père à devenir un Chasseur, c’est-à-dire un Chasseur de tout ce qui concerne le surnaturel, démons, vampires, shapeshifters, ou encore wendigo.
Voici la bande annonce de la saison 9 (Enjoy):

Après de nombreuses aventures au cours des huit première saisons, la neuvième saison débute sur la chute des anges du paradis, bannis par Metatron (le scribe de dieux) qui veut se garder le paradis rien que pour lui afin de se venger de ses grands frères Archanges qui l’on maltraités. Dans la bataille, Castiel (l’ange qui est un ami des frères Winchester) perd sa grâce (ce qui fait qu’il est un ange en gros) et devient donc humain. Quant aux deux frères, Dean se retrouve avec son petit frère Sam sur les bras qui est en train de mourir car il n’a pas mené jusqu’au bout les épreuves pour fermer l’enfer une bonne fois pour toute (des épreuves qui devaient le mener au sacrifice de sa vie à la fin de la saison précédente). Fort heureusement pour Dean, un gentil ange (ce qui est rare dans cette série) vient à la rescousse de Dean en se présentant comme étant Ezekiel. Il lui propose de s’introduire dans le corps de Sam et de le piéger pour que ce dernier le laisse prendre possession de son corps afin de pouvoir le soigner tout en se soignant lui-même (la chute du paradis sur terre ne s’est pas faite sans dégâts pour les anges). Toutefois, il prévient Dean qu’il ne doit pas dire à son frère qu’il est présent dans son corps sinon Sam le bannira et à ce moment-là, Sam autant qu’Ezekiel, pourraient mourir. Voilà en résumé le premier épisode de cette saison 9. Un pitch particulièrement intéressant et qui est loin de mettre en avant tout ce qu’il se passe dans cette magnifique saison !

Tout d’abord, comme dans quasiment tous les chapitres de Supernatural, on ne sait jamais vraiment qui est le vrai gros méchant et les caractères se révèlent petit à petit au fur et à mesure des épisodes. C’est un principe que j’adore et qui marche à chaque fois car cela tiens le spectateur toujours aux abois.
Premier Badass de cette nouvelle page des aventures des Winchesters, Metatron. Un méchant peu convainquant au début. Petit, chétif, vieux (oui soyons franc lol), j’avoue avoir eu du mal à me sentir impressionné comparé à un Crowley ou une Abadon. Toutefois, c’était sans compter sur la créativité des ptits gars derrière le stylo de Supernatural. Au fur et à mesure des épisodes on découvre quelqu’un de machiavélique, calculateur. Il prend un malin plaisir à manipuler les gens, car il le peut tout simplement, et ceci juste pour se divertir. Dans la dernière partie de la saison, il donne l’image de quelqu’un perdant l’esprit. Il n’est pas dieu, mais décide de tout faire pour le devenir et être aimé. Obtenir un amour qu’il n’a jamais eu de qui que ce soit et encore moins de son père. On en vient donc à l’adorer un peu plus à chaque épisode.

Bien sûr, en plus de Metatron, d’autre méchants parades devant le nez des deux frères, avec en tête de file Crowley. Le méchant par excellence. Sournois, marrant, diabolique, sans cœur. Or, à la fin de la saison 8, il redécouvre les sentiments et son humanité qui était bien enfouie au fond de sa carcasse démoniaque. Dès le début de la saison 9, il se retrouve emprisonné par les Winchesters dans un donjon au sein du complexe des hommes de lettres. Ainsi, nous apprenons à mieux le connaitre, et il en devient plus attachant. Il aide les Winchesters et finit par acquérir son billet de sortie, mais ce n’est pas pour cela qu’il nous quitte, bien au contraire. En concurrence avec Abadon pour prendre le pouvoir de l’Enfer, il en vient à plusieurs reprises à demander de l’aide aux deux frères. Comme on le dit si bien, l’ennemi de mon ennemi est mon ami.
En parlant d’Abadon, même si elle meurt relativement facilement, il faut le dire, elle joue un rôle vraiment excellent et qu’elle aurait peut-être méritait un peu plus de temps à l’écran tant on se délecte de sa cruauté. Jouée par Alaina Huffman, que j’avais déjà pu voir dans Stargate Universe, on l’a retrouve ici, sexy, diabolique, et sans le moindre scrupule, jouant un soldat de l’enfer, un des premiers démons crée par Lucifer. Un pur bonheur d’esprit tordu qui tue à tout bout de champs. Très très bon méchant.
Bref, cette saison regorge de personnes méchant de qualité, mais bien entendu, il en existe une multitude de secondaire. On prend aussi un grand plaisir à découvrir de nouveaux personnages mais aussi les habitué, Kevin Tran, Charlie Bradburry (que j’espère vraiment revoir dans la saison 10) ou encore Boby (et oui même mort il rode toujours dans les parages le bougre).

Dans tout cela, les héros ont aussi leur fardeau à porter, en commençant par Castiel. Piéger par Metatron qui lui vole sa « grâce » (en gros ses pouvoir d’anges) afin de réaliser son sort et bannir les anges du paradis, le pauvre Castiel fini lui aussi sur terre, mais il est dorénavant humain. S’en suit alors une série d’épisode à la fois marrant, touchant et triste où Castiel découvre comme il est dure d’être humain, et finit par comprendre ce qu’implique cette humanité. Il finira par décider de lever une armée pour reprendre le paradis des mains de Metatron. Toujours aussi génial et attachant ce Cas 🙂
Quant aux frères Winchester (et oui parlons un peu des têtes d’affiches), leurs querelles n’en finissent plus. Ils s’aiment. Ce sont deux frères qui vendraient leurs âmes l’un pour l’autre afin de rester ensemble. Toutefois, la différence est que Sam est capable de vivre sans son frère. Au fond de lui il finit par s’en rendre compte. Il sait qu’il peut arrêter le métier de Chasseur, avoir une vie normale comme tout le monde. Il peut décrocher de tout cela. Et si un jour (comme dans la saison 7) son frère venait à disparaitre, il sait qu’il ne le ramènerait pas. Mais surtout si Sam devait mourir, il accepterait son sort. Et c’est d’ailleurs à cause de cette question-là que tout se détériore entre les deux frères. Sam est diffèrent de Dean au niveau tempérament, on se rend vraiment compte au cours de cette saison que Dean n’est rien sans son frère et ce métier de Chasseur, et tout ceci est indissociable pour lui. Leurs querelles vont mener Dean à faire des choix risqués, ce qui mènera à une fin de saison que l’on n’aurait jamais imaginé, une fin triste au possible, réunissant les deux frères dans la mort.
Après la dernière image on se dit que tout peut arriver. Chaque saison de Supernatural se terminait en ouvrant les premières pages du chapitre suivant. Cette fois-ci, en octobre la saison 10 débutera sur un flou total quand à ce que nous pouvons attendre. La rumeur veut que la saison 10 soit la dernière, et bien si c’est le cas elle semble débuter sous les meilleurs auspices pour finir en un feu d’artifice incroyable.

Supernatural est une série qui va attaquer sa dixième année. Elle a su se renouveler, et surprendre toujours un peu plus chaque année. La mythologie qu’ils ont créé est incroyable, profonde, développée, et permettrait de développer un nombre important d’histoire. Les frères Winchester nous on fait rêver pendant presque dix ans, avec leur humour, leurs malheurs, leurs joies, leurs peines. Supernatural est une série unique qui a commencé doucement, comme quoi il faut laisser le temps aux séries de s’installer, et elle finit par être culte et faire rêver des millions de gens, moi le premier.

Supernatural est une série exceptionnelle et unique. Je là conseil vivement, et je lui donne un bon 18/20 pour l’ensemble de sa carrière 🙂
Le mot de la fin, rendez-vous le mardi 7 octobre pour la suite des aventures des frères Winchesters !

Enjoy,
D.A.G.

PS1. Je n’en ai pas parlé car l’article commençait à être long mais la bande son est toujours aussi excellente comme dans toutes les saisons. La musique rock est un élément très important de supernatural et vous adorerez je vous le garanti 😉
PS2. J’espère que la longueur de l’article ne vous aura pas ennuyé, mais je n’ai pas pu faire plus court car j’aime beaucoup trop cette série. C’est la passion qui a parlée, et on ne refrène pas la passion 😉