review film

Un nouvel essai réussi pour le Sud-Africain Neill Blomkamp avec son « Elysium » qui est de toute beauté ! Belle surprise !

Publié le

Reprenons un peu cette semaine les articles cinéma. Avec plusieurs films en magasin le choix a été difficile mais j’ai finalement choisis Elysium ! Un peu de SF ça ne fais jamais de mal 😉
Sortit en 2013, écrit dirigé et coproduit par Neill Blomkamp (papa du fabuleux District 9 sorti en 2009), nous retrouvons Matt Damon, Jodie Foster ainsi que Sharlto Copley (tête d’affiche de District 9).
Voici la petite bande annonce.

Matt Damon joue le rôle de Max (simple ouvrier anciennement truand) évoluant en 2154 sur une terre surpeuplée et polluée où les pauvres sont utilisés comme simples ouvrier pour permettre aux plus riches de vivre sur une station spatiale – Elysium – où il fait bon vivre. Malheureusement, un jour Max se retrouve irradié et apprend qu’il ne lui reste que cinq jours à vivre. Désespéré, il se tourne vers ses anciens partenaires criminels pour trouver un moyen d’accéder à cette station o ils possèdent la technologie pour le sauver. Il se lance dans une mission de récupération de données pour accéder à la station, mais par mégarde il se retrouve entrainer dans un complot de prise de pouvoir d’Elysium mené par Delacourt (Jodie Foster). Cette femme, qui n’est autre que la secrétaire à la défense de la station, va tenter par tous les moyens de tuer Max et récupérer les données confidentielles malencontreusement atterries dans son cerveau. Pour cela elle a recoure à l’agent Kruger (Sharlto Copley), agent dormant évoluant sur la planète terre, sans scrupules ni morales. Au cours de sa quête pour éviter de mourir il va croiser la route de son ancien amour de jeunesse qui a une fille atteinte de leucémie en phase terminal. Les événements les réuniront et mèneront Max à devoir prendre des décisions aux conséquences qui changeront sa vie, celle de la femme qu’il aime et du reste de l’humanité.

Elysium-Movie

Tout comme District 9 qui traitait plus ou moins du racisme et de l’apartheid façon hommes venus d’ailleurs (si vous ne l’avez pas vu il est impératif de réparer cette erreur ! 😉 ), Elysium aborde de nombreux sujets sensibles avec des thèmes politique et sociologique, comme l’immigration, la surpopulation, l’environnement, l’exploitation et la différence des classe ou encore le system judiciaire. Autant de thèmes qui auraient pu gâchés un film en le rendant trop pompeux et moralisateurs, mais qui ici sont distillés avec parcimonie et forment un tout cohérent et digeste.
Pour moi ce film est une réelle réussite. J’ai lu beaucoup de critiques mettant en avant le fait que Blomkamp ne s’était pas foulé au final, sortant un film similaire à District 9, même le site Rotten Tomatoes ne lui donne qu’une note légèrement au-dessus de la moyenne. Un peu refroidit, je n’ai vu le film que récemment et je ne suis pas d’accord avec ces critiques. Ayant adoré District 9, je ne trouve pas du tout que Elysium n’est qu’une pâle copie de ce dernier. Peu de parallèles sont possibles, excepté les sujets sensibles traités, mais ici il n’y a pas d’histoire de racismes, et l’univers, ou plutôt l’aspect visuel très proche ça je suis d’accord. On retrouve dans Elysium l’aspect un peu bidonville mis en avant dans District 9, avec des armes très typées jeux vidéo. Mais c’est tout et je trouve ça tout à fait normal, c’est la patte de l’auteur et je respect tout à fait ça. Cela prouve que Blomkamp possède son identité (ok, il est vrai que si pendant dix ans il sort des films au même désigne et traitant toujours des mêmes sujets dans un futur pourri cela risque de lassé, mais dans le cas présent ce n’est pas du tout le cas).
Le sujet est tout à fait honorable, nous commençons le film avec un ancien reprit de justice ne pensant qu’à lui et ne voulant pas mourir, il est prêt à tout pour s’en sortir, mais sa quête évolue jusqu’à ce dernier se retrouve en tant que représentant de tout un peuple floué. L’anti-héros qui devient sauveur de milliard de personnes. Très bonne évolution. L’histoire fait penser à beaucoup d’autres films, mais au final Blomkamp tourne ça à sa manière et nous sort quelque chose de très bon.

Matt-Damon-in-Mexicoimageskelysium16

De plus, niveau acteurs, la barre monte d’un cran. Bien sûr nous retrouvons ce cher Sharlto qui est bien trop peu à l’écran à mon goût. Il passe du gentil héro dans District 9 à l’agent maniaque et névrosé ici, un pur bonheur. De son côté Matt Damon avec sa tête de premier de la classe est tout à fait crédible en gentil truand désespéré qui se transforme en semi-robot avec un exosquelette greffé dans le citron. Moi qui ai toujours eu du mal à le voir casser son image de gentil garçon, il est tout à fait crédible dans Elysium et on accroche rapidement à se héro qu’il incarne avec perfection. Pour finir, Jodie Foster, actrice exceptionnelle à mes yeux, est ici bluffant. Trop souvent cantonnée à des rôles de gentille, elle prouve ici qu’elle est une grande actrice en incarnant une méchante crédible, sans cœur, prête aux pires horreur pour prendre le pouvoir. Un trio d’acteur à qui je donne 20/20 sans aucuns soucis.

Elysium-wallpapers-14elysiumElysium-3

A noter que quelque passage d’action, l’attaque pour voler les données ou encore l’affrontement Max contre Kruger, présentent des mouvements de caméra très sympa réalisés avec des effets donnant l’impression que l’on observe un jeu vidéo. J’ai beaucoup aimé cette petite attention qui donnait un côté encore plus futuriste.
Ce film est pour moi une très belle réussite. J’ai pris beaucoup de plaisir à le regarder et je le referais avec tout autant de plaisir, et je lui offre avec un grand sourire et une bonne poignée de main un joli 16/20.
Tout ce que j’espère c’est que Mr Blomkamp n’attendra pas encore quatre ans pour nous offrir une de ses œuvres, de plus, sachant que le film a rapporté un peu plus de 170 millions au box-office, cela devrai motiver les studios à refaire confiance au Mr.

Pour conclure, ne surtout pas hésiter pour appuyer sur le bouton PLAY et regarder ce très bon film qui vaut le détour !

Enjoy
D.A.G.

Publicités

« Snowpiercer » ! Enfin un film post apocalyptique qui montre un peu d’originalité !

Publié le Mis à jour le

Je sais, je sais. Les articles se font rare c’est dernier temps mais pour ma défense, je bosse comme un malade sur le troisième épisode de Heaven Infinity et sur un autre projet afin de pouvoir au moins sortir ce nouvelle épisode de Heaven Infinity en septembre 🙂
Mais je n’ai pas pour autant oublié mon petit blog et c’est pourquoi me revoilà ! Qui plus est avec un nouveau film à mon tableau de chasse, Snowpiercer !
Cela faisait un moment que je voulais le voir et c’est maintenant chose faite 🙂

Voici d’ailleurs une petit bande annonce pour vous mettre dans l’ambiance !

Alors d’abord, un peu d’histoire. Réalisé par Bong Joon-ho et inspiré d’une bande dessinée française (cocorico :p), le film se déroule en 2031 dans un train, contenant les derniers représentant de l’humanité, qui parcours continuellement la terre qui a subi une nouvelle ère glaciaire en raison d’une tentative manquée de diminution du réchauffement climatique. Les habitants de ce train sont soumis à une séparation des classes, les plus aisés en tête de train et les plus démunis en queue. Lassé de cette vie de soumis, la population en queue de train décide de se révoltée, menés par Curtis (Chris Evans aka Captain America).

Un film de SF post-apocalyptique alléchant que je me devais de voir. Et j’avoue ne pas avoir été déçu. Bon film, même s’il ne restera pas non plus dans les annales, il est magnifiquement tourné. Le train est impressionnant. Le fait d’avoir tous les aspects d’une vie (ou d’une ville) distillé dans chaque wagon est relativement impressionnant. La qualité visuelle est vraiment bluffant. Une grande réussite. Autant les décors extérieurs qu’intérieur sont extrêmement bien fait. Le paysage glacé vous fait froid dans le dos, quand à chaque wagon, on se retrouve à imaginer ce que Curtis et les autres vont trouver à derrière chacune des portes. Il y a d’ailleurs un petit côté jeu vidéo linéaire qui pourrait peut-être rebuté certain (comme je l’ai lu dans certaines critiques), mais bon, en avançant dans un train cela ne peut qu’être linéaire. Un de mes moments préférés est l’école primaire. Vraiment excellent ! Très lavage de cerveau flippant mais ça reste une scène du film que j’ai trouvée super.

Malheureusement, les personnages sont le point faible majeur de ce film. En dépit d’un Curtis assez bien travaillé (en quête de rédemption mais je n’en dirais pas plus) et de Tilda Swinton dans le rôle de Mason (qui fait vraiment flipper), l’ensemble est relativement peu creusés. Il y a toujours une certaine ébauche, mais cela ne va jamais très très loin. C’est malheureusement LE point qui m’a vraiment déçu. La psychologie des personnages auraient vraiment méritées d’être beaucoup plus poussées. Peut-être avec des flash-back de l’arrivée dans le train, ou encore un peu plus d’histoire, passer plus de temps à montrer l’aspect dégradant d’être en queue de train et les bourgeois en tête. Toutefois, ce film est une œuvre réalisé avec un grand nombre de partenariat mais demeure un film sud-coréen. Et d’après ce que j’ai pu lire c’est l’un des films sud-coréen les plus chère jamais réalisés (voir le plus chère) donc je peux comprendre que rajouter 30 minutes de films pour creuser la fin et les personnages été peut-être un peu trop pour leur budget.

Quant au dénouement final, il est tout à fait de qualité, j’avoue avoir été surpris par plusieurs détails (agréablement surpris je précise :p). Il y a à la fois une certaine moralité, mais aussi une atroce réalité sur l’humanité, le comportement humain, le sacrifice. Mais je ne vais pas m’éterniser sur la fin au risque de vous gâcher cela. Elle vaut vraiment le détour c’est tout ce que vous devez savoir 😉
La seule petite chose que j’aurais aimé, c’est que la fin aille un peu plus loin. Je trouve que le film stop d’un coup. Il y a un côté interprétation personnel ça je l’ai bien compris, mais quelque minutes de plus n’auraient pas fait de mal pour encrer davantage la fin du récit. On se retrouve avec une fin qui n’en est pas vraiment une. Mais bon, cela n’enlève rien au charme de ce film.

Toutefois, de manière générale, Snowpiercer est vraiment une réussite et une belle surprise. Il mérite amplement un 15/20. Il permet d’offrir un très bon divertissement, avec des décors de qualité, des personnages malgré tout assez attachant et une fin qui nous surprend. Un bon film que je recommande vivement !

Enjoy !
D.A.G.