D.A.G.

« American Hustle » loin de l’arnaque mais tout aussi loin de la réussite.

Publié le Mis à jour le

3469kk4

Sur le papier « American Hustle », réalisé par David O. Russel, avait tout du très bon moment cinématographique. Très bien noté sur les sites, ayant remporté un franc succès pour sa sortie en 2013 avec près de cinq fois le budget récupéré au box-office, son casting impressionnant, et son scénario qui paraissait être un mélange de Ocean’s Eleven et des Infiltrés étaient autant de preuves attestant qu’il avait tout pour plaire, or lorsque le film fut fini ma conclusion était aussi simple qu’un seul mot, « déception ».
Voici la bande annonce.

Le film prend place en 1978. Nous découvrons un petit escroc du nom d’Irving Rosenfeld (Christian Bale) qui s’amourache d’une certaine Sydney Prosser (Amy Adams) et ils en viennent à travailler ensemble ce qui permet d’améliorer grandement leurs arnaques. En parallèle à cela Irving et Sydney débutent une relation et tombent amoureux. Pourtant, il hésite à quitter sa femme instable Rosalyn (Jennifer Lawrence), car il ne veut pas perdre contact avec le fils de cette dernière qu’il a adopté et auquel il tient beaucoup. En plus de cela, Rosalyn l’a menacé de le balancé à la police sur ses arnaques s’il venait à la quitter. Malgré tout, Sydney et Irving finissent par se faire avoir par un agent du FBI l’agent Richie Dimaso (Bradley Cooper) qui propose de libérer Irving s’il lui permet de faire quatre arrestations. Sydney s’oppose à cela. Sydney se confie à Irving et lui révèle qu’elle compte embrouiller Richie, le manipuler et les sortir de cette sale histoire. Pour cela ils doivent malgré tout se lancer dans une arnaque qui consiste à faire tomber des politiciens véreux ainsi que le maire Carmine Polito (Jeremy Renner) de Camden dans le New Jersey qui souhaite revitaliser les jeux d’argent mais à des problèmes de finance.

American Hustle Film SetChristian Bale;Amy Adams

Voilà en gros ce que je peux vous révéler sur le film. Vous pensez peut-être que cela fait beaucoup, que je vous ai spoiler, et bien non croyez-moi, il s’en passe énormément tout au long de cette pellicule.
Commençons tout d’abord par les bons points car oui il y en a. Ce film n’est pas un échec et n’est pas mauvais en soi, loin de là. Les acteurs et leur jeu sont d’ailleurs la raison majeur que je pourrai citer pour que vous regardiez ce film. Bale, Cooper et tous les autres sont extrêmement bon, c’est un sans-faute total concernant le casting. Bale s’est littéralement transformé physiquement. Après un Batman sec et tout en muscle on le retrouve en chauve bedonnant. C’est impressionnant et son jeu d’acteur est bluffant. Cooper est assez bon dans son rôle d’agent du FBI voulant rester dans l’histoire et surprend avec le caractère impulsif dont il fait preuve. D’ailleurs les deux acteurs font un très bon duo. Du côté du casting féminin c’est tout aussi réussi. Amy Adams campe une manipulatrice avertie prête à tout pour s’en sortir. Quand à Jennifer Lawrence encore une fois elle montre un potentiel d’actrice impossible à remettre en question. Son personnage de Rosalyn est malade, impulsive, manipulatrice, sans jugement et réflexion, et elle rend tout cela tangible et réaliste. On la déteste dès le départ 🙂 Bale et Lawrence montre un niveau d’interprétation incontestable et sont au top de leur jeu.
Seul Jeremy Renner est quelque peu décevant dans un rôle secondaire et que j’ai trouvé relativement sur-joué. Il est clairement en dessous du lot d’acteur sur ce coup là mais ce n’est pas tellement grave, ça arrive même aux meilleurs comme on dit 😉
Les autres points positifs sont l’ambiance et le décor des années 70-80 très bien retranscrits et donnent un caché vraiment très plaisant à l’ensemble.

Christian Bale;Jeremy Renner;Bradley CooperAmerican Hustle: Christian Bale, Amy Adams and Bradley Cooper walking in street

Venons-en maintenant là où le bât blesse. Le film mélange plus ou moins drame, comédie et enquête policière le tout basé sur une opération ayant eu lieu dans les années 70-80, jusque-là tout va bien. Malheureusement la sauce ne prend pas car l’ensemble est agencé d’une manière alambiquée qui fait que l’on perd le fil après dix minutes. Russel essai d’instaurer un récit dynamique mais veut trop en dire et trop rapidement pour finalement nous submergés d’éléments qui ne servent pas à grand-chose. Quand tout à coup on se retrouve devant une scène plate, calme sans le moindre rythme. Pourtant habitué aux scénarios tordue où il faut réfléchir et se torturer l’esprit (j’adore ce style de film, c’est mon petit pêché minions), ici j’ai mi un certain temps avant de comprendre qui était quoi et où ce film allait mener. L’histoire pourtant simple est finalement présentée sous un angle qui ne permet pas de savoir vraiment ce que veut Cooper au départ et ce que comptent faire Bale et Adams pour s’en sortir. Pour moi, ce film avait tout pour réussir mais le découpage là rendu malheureusement indigeste. Il y a pourtant de bons moments, toutefois les connections sont hasardeuses, cassent le dynamisme lorsque celui-ci monte, coupe l’histoire quand il ne faut pas. Il m’a fallu quelques efforts afin de vraiment rester concentrer ce qui pour moi atteste d’un problème réel et important au niveau de l’histoire.

American-Hustle-largelojg

Pour conclure, car il le faut bien, ce film est loin d’être raté et offre un dénouement intéressant que l’on ne voyait pas venir. Il vaut le détour, mais au lieu d’être dans la section « film à revoir avec plaisir » il est pour moi dans le groupe des « films sympa mais loin d’être inoubliables ». Le jeu d’acteur vos tout particulièrement le détour. En définitif Russel passe à côté d’un film qui aurait pu peut-être devenir culte pour nous offrir un petit film du dimanche soir. Dommage, ce sera pour le prochain 🙂
« American Hustle » repart avec un 13/20 et la mention « Des efforts mais peut mieux faire ».

Enjoy !
Desmond Andrew Green

PS : N’hésitez pas à laisser des commentaires, je répondrai avec plaisir 😉
N.B. Incroyable, même avec des bigoudis Bradley Cooper fait beau gosse :p

o-AMERICAN-HUSTLE-GIFS-facebook

Person Of Interest et pas qu’un peu !

Publié le

Continuons sur la lancée de la semaine dernière. Après Marvel’s agents of shield parlons un peu de la série Person Of Interest.

wallpaperpersonofintere

Voici la bande annonce de la saison 1.

Crée par Jonathan Nolan, produite par J.J. Abrams et diffusées par CBS, cette série a vu le jour en septembre 2011. Mélange d’espionnage, thriller, drama, action mais aussi comédie (si si c’est vrai !), elle arrive sur les écrans sans crier gare et on se demande un peu ce que peut nous réserver un tel show crée par Jonathan Nolan (le frère de christopher, qui est déjà à l’origine de rien de moins que Memento, le Prestige, les deux dernier épisodes de Batman, Man of Steel, et bientôt sur les écrans Interstellar) et produit par J.J. Abrams le prodige des séries et du cinéma (qui il faut l’admettre à fait du bon, du très bon, mais aussi du mauvais dans certains cas…).

On continu en vidéo avec la bande annonce de la saison 2, mais attention, si vous la regardée, ça s’appelle du SPOILER !!!

La série suit les aventures d’un ex-agent paramilitaire de la CIA John Reese (Jim Caviezel) qui, présumé mort, aire dans New-York et se retrouve malgré lui mêlé à une rixe qui le place dans le collimateur du lieutenant de police Joss Carter (Taraji P. Henson). Heureusement pour John, le mystérieux milliardaire Harold Finch (Michael Emerson) le fait sortir du poste de police et l’engage afin qu’il l’aide à retrouver les Person Of Interest. Finch est en réalité à l’origine de la création d’une Machine – comme il l’appel – qui est un système de surveillance de masse, et plus précisément une intelligence artificielle qu’il offre au gouvernement pour éviter un nouveau 11 septembre. Ce système est capable de prédire les actes terroristes dans le monde en s’appuyant sur de nombreuses données comme les enregistrements de caméras de surveillance et des appels téléphoniques ou les antécédents judiciaires. Cependant la machine repère aussi les crimes entre citoyens ordinaires considérés comme mineurs par le gouvernement. Les autorités ayant décidé de ne pas tenir compte de ces données Finch s’est laissé une porte de sortie et reçoit chaque jour les numéros de sécurité social des personnes impliqués à New York ou dans les environs. C’est personnes sont les Person Of Interest que lui et Reese vont tenter de retrouver, car la Machine ne leur donnant qu’un numéro de sécurité social sans détails, ils ne savent pas s’ils cherchent l’assassin ou la victime. Ils finiront petit à petit par constituer une équipe avec le lieutenant Carter qui les rejoindra, mais aussi un autre lieutenant anciennement véreux Lionel Fusco (Kevin Chapman), ainsi que Sameen Shaw (Sarah Shahi) et Samantha Groves alias Root (Amy Acker). Bien entendu, toutes leurs actions vont finir par contrarier de nombreuses organisations criminelles.

Une petite photo d’une partie du cast.

person-of-interest-sdcc2013

Après avoir déjà vu les 3 première saisons (la 4éme venant d’attaquer en septembre), le plaisir est toujours le même.
La première saison commence sans prétentions, le personnage de Reese est attachant, il cache un passé lourd de secret et est très clairement traumatisé par certains événements. De plus, Reese est assez sarcastique et fait preuve d’un humour caustique toujours très bien placé, rare, mais sortant toujours exactement au moment où il faut. Finch quant à lui est tout aussi mystérieux, et beaucoup plus en retrait dans un premier temps. Toutefois, au fur et à mesure des épisodes, on apprend à connaitre ce binôme devenant toujours un peu plus attachant au long des épisodes. Carter de son côté joue la flic voulant la justice et pense la faire en pourchassant Reese mais elle va se rendre compte qu’elle se trompe de proie. Elle finira par rejoindre la cause des deux compères. Concernant Fusco je vais le dire haut et fort, je ne pouvais pas le voir au début !!! Son personnage m’énervai au plus haut point ! Flic pourri, Reese le coince et en fait son informateur, mais lui aussi finira par rejoindre l’équipe et deviendra en quelque sorte un pilier du groupe, sortant des remarques et des touches d’humour irrésistibles. On finit par l’adorer le bougre 🙂 Shaw est le pendant féminin de Reese, encore plus sombre et sans cœur. On l’adore dès le début (puis il faut l’avouer Sarah Shahi est un atout charme de poids pour la série). Root (un autre atout charme, je dis ce que tout le monde pense, ne faites pas les timides 😉 ) rejoint ensuite l’équipe tout en étant un personnage sans attache. Méchant excellente dans un premier temps, et coéquipière surprenantes, toujours où l’on ne s’y attend pas par la suite.

person-of-interest4Person-of-Interest-Amy-Acker-dans-le-season-final_portrait_w532

Côté méchant, c’est un panel phénoménal, entre l’organisation de flics pourris (HR), la mafia italienne mené par Elias (qui est époustouflant et mon préféré je dirais), la CIA bien sûr, Peter Collier et sa milice Vigilance, ou encore John Greer énigmatique leader de Decima Tech. Et encore j’en oublie, même les méchants secondaires ont un charisme phénoménale et une personnalité ultra travaillée.
Si vous cliquez sur play sur cette vidéo vous risquez de vous exposez à un SPOILER massif car ce que vous voyez ici est la bande annonce de la saison 3 😉

Et surtout n’oublions pas le personnage le plus mystérieux et le plus puissant, la Machine. Personnage à part entière de la série, on la découvre un peu plus à chaque saison et on finit par se demander, est-elle méchante ou gentille ? Et où s’arrêtera-t-elle ?
Je vous dis de l’action, en voici une petite preuve 😉

Mors Praematura

Cette série est une réussite, on peut la comparer à des poupées russes, tout est emboité et à chaque fois que l’on ouvre une pièce on se rend compte que quelque chose est encore en dessous. Ce qui m’épate c’est qu’ils arrivent à se renouveler sans se répéter, même après trois ans de rebondissements incessants, introduisant toujours plus de méchants. On ne se perd jamais, tout est claire, sans zones d’ombres ou histoires laissées de côtés (qui a dit LOST ??? 😉 ).
De plus, je suis impressionné par le fait que de nombreux éléments de la saison 1 se retrouvent à avoir des influences extrêmement importantes dans les saisons qui suivent. Les scénaristes font un travail exemplaire (tout du moins pour l’instant) et à couper le souffle. On se demande toujours où nous mènera la suite des épisodes. La fin de la saison trois laissant un suspense à couper le souffle quant au futur de toute l’équipe, le fait que je me retienne de regarder tout de suite les nouveaux épisodes est particulièrement insoutenable :p
Concernant les personnes, je crois que j’ai rarement été aussi attaché à des protagonistes d’une série. On rigole avec eux, on souffre avec eux, on a le cœur qui palpites lorsqu’ils sont dans une mauvaise posture. C’est un pur bonheur. Qui plus est, cette série fait partie du petit nombre où l’histoire ne se passe pas dans le monde des bisounours (même si j’ai rien contre eux, pas de polémiques bisounours ;)), ici, même les héros perdent, et rien n’est jamais acquis ce qui rajoute une tension phénoménale et entraine une incertitude continu quant au dénouement de chaque épisodes.

Person of Interest fait partie du top de mes séries, je suis un fan, l’histoire, les rebondissements, les enchainements, tout autant que les personnages (je ne pourrais même pas en citer un que je préfère tant ils ont tous leur propre passif et caractéristique exceptionnelle, Jim Caviezel est remarquable, mais tous font des performances parfaites à chaque épisodes) sont, et je pèse mes mots, parfaits, cadrés, sans fioritures ni vides à comblés.
Person of Interest est une réelle réussite, et fait un réel et très rare sans faute (jusqu’à maintenant). Si vous aimez l’action, l’humour, les sentiments, le suspense, l’espionnage, les rebondissements, ou tout simplement une histoire complète, travaillée et qui vous accroche les yeux tout autant que le cœur, cette série est pour vous.

cbs

C’est une note que je pense sera très rarement attribuée parmi mes articles, mais je lui décerne un 19,5/20 sans hésiter, et c’est amplement mérité.
Un peu de temps ce soir ? Foncez découvrir Person of Interest !!!! You are being watched and it’s for your own good 😉

person_of_interest_by_entangle-d4r5eyo

See you soon,
Enjoy,
D.A.G.

Rien que pour vos yeux, bande annonce saison 4 actuellement diffusée sur CBS.

« Vidéo de la semaine » concernant Black Light Burns avec le titre Lie (Partie 1)

Vidéo Publié le Mis à jour le

Premier « Vrai article » pour la catégorie « Vidéo de la semaine » 🙂

Le choix a été très difficile, tant de bon groupe, de diversité, et sachant que j’écoute plusieurs centaine de groupes et chanteurs, la décision fut compliquée. Toutefois, j’aurais d’autres semaines (enfin normalement :p) pour publier d’autres vidéos musicales, donc ne soyez pas triste, il y en aura pour tous les goûts 😉

Cette semaine (roulement de tambour), j’ai choisi Black Light Burns !!!
Et oui, le groupe de Mr. Wes Borland, le seul, le vrai, l’unique.

Ce groupe a été une révélation pour moi, une découverte fantastique (sur le myspace de Jonathan Davis, oui oui, le chanteur de Korn). Après un premier album fantastique « Cruel Melody », un album CD/DVD de face B et reprises, ils sont revenus avec un second opus « The moment you realize you’re going to fall », qui est bien au-delà du 1er album, et un album concept « Lotus Island » particulièrement intéressant. Je pourrais en parler longtemps, c’est pourquoi le prochain article musical parlera en détail de ce groupe phénoménal avec son leader tout aussi exceptionnel qu’est Wes Borland.

Bref, nous allons pour cet article nous focaliser sur la première période de ce groupe, c’est-à-dire, le premier album « Cruel Melody » (le prochain article « Vidéo de la semaine » traitera de la seconde période, à savoir le deuxième album).
L’une des chansons far de ce premier essai est « Lie », aux accents Nine Inch Nailien (Danny Lohner oblige…), elle est particulièrement sombre, rythmée, hypnotisant et folle (tout comme Wes :p). Voilà pourquoi je l’ai choisi comme première vidéo de cette nouvelle rubrique.

Un titre explosif dont je ne me lasse pas et dont je ne lasserais jamais.
Aller c’est le moment, il faut cliquer sur « PLAY » les amis 😉

Enjoy
D.A.G.

PS. N’hésitez pas à laisser votre avis 😉 et si vous voulez en savoir plus sur ce groupe exceptionnel allez faire un tour sur leur site officiel dont voici le lien http://blacklightburnsofficial.com/home.html

Evolution pour les futurs publications sur le blog

Publié le Mis à jour le

Ces derniers jours je me suis dit « Je dois vraiment publier davantage d’articles sur mon blog », mais quoi ?

Comme vous avez pu le remarquer dernièrement en suivant les différents sites que je gère, mes livres avancent bien, mais lentement.

Voilà pourquoi j’ai décidé d’écrire des articles traitant d’autres sujets. J’ai donc réfléchis à ce que je pourrais raconter, le type de thèmes que je pourrais publier, en plus de mes projets…

Donc, je publierais chaque semaine un article « Vidéo de la semaine », et j’essayerais de mettre en ligne au moins une fois par mois un article traitant de musique et un autre ayant pour sujet le cinéma ou une série TV. Et qui sait, si je suis productif il y aura peut-être davantage d’articles.

La musique, le cinéma et les séries TV sont mon inspiration, il est donc évident pour moi de publier ce que je pense à propos de ces sujets, ce que je j’aime, et ce que je déteste :p Parler des nouveaux films, des nouvelles séries tv et de nouveaux albums (mais aussi d’ancien, tout ne peux pas être neuf tout le temps :p)

Voilà pour le nouveau communiqué J

Et bien, à très bientôt pour un nouvel article, le thème sera une surprise (Pour l’instant c’est une surprise pour moi aussiJ)

Restez connectés,

D.A.G.

Image

Une nouvelle tranche de Walking Dead en Comics ! Miam ;) (French version) (SPOILER)

Vidéo Publié le Mis à jour le

Le nouveau volume (18éme) de la bd de walking dead est sortie il y a peu de temps, je n’ai donc pas pu résister à l’envi de l’acheter, et bien entendu je l’ai déjà lut 
Que dire, que dire… et bien pour être franc j’étais accros à cette série de comics jusqu’à finalement parvenir à me sevrer aux alentours des volumes 16 et 17 en me disant que Robert Kirkman et Charlie Adlard avaient touchés le fond. Je me suis assez ennuyé pendant ces derniers épisodes. La redondance, l’ennuie, le manque de créativité étaient de mises dans ces dernières aventures, et c’est donc avec une légère angoisse que je me suis attaqué au 18éme tome lorsque je suis passé à côté à la Fnac.
Finalement, c’est avec étonnement que je me suis accroché à nouveau à l’histoire et en une soirée j’ai dévoré ce dernier tome. « Lucille » est centré quasiment à 100% sur le personnage de Negan et de sa bande ainsi que le monde où ils évoluent (le livre traite tout de même un peu de carl le fils de rick). Negan est un personnage relativement complexe, et au final plus intéressant que le Gouverneur (malgré le fait que c’était un méchant de première classe je dois l’admettre).
Negan met la barre encore plus haute et devient le vrai « bad ass » top niveau. Il est un méchant qui devient limite attachant. Il essaie de mettre en avant le fait qu’il a un cœur, il semble même s’attacher à Carl. Ce tome de walking dead est très psychologique mais ce n’est pas pour cela qu’il n’est pas intéressant, bien au contraire. Le méchant que représentait Negan dans les précédents livres paraissait vide de tout intérêt mais R. Kirkman a su le rendre très intéressant. On a hâte de voir la suite et ce qu’il réserve à la bande de rick.
L’autre personnage particulièrement mis en avant dans ce volume est « Lucille » la batte de baseball de Negan. Il l’a personnifie et l’emmenée partout avec lui, il fait référence à elle comme s’il parlait d’une femme. C’est assez troublant au début, mais la relation de Negan avec Lucille est subtilement traitée et révèle la folie qui ronge Negan. Il se présente comme le garde-fou de Lucille pour éviter qu’elle ne face trop de morts autour d’elle, mais elle semble en fin de compte être la facette noir et atroce de l’esprit pourri de Negan et qu’il essaie de ne pas voir.
Pour finir, après ce tome relativement calme ou les zombies ne sont quasiment pas présents, les dernières pages mettent en place les prémisses d’une bataille qui se profile comme étant énorme.
Bref, ce nouveau volume pauvre en action et d’avantage accès sur la psychologie du nouveau grand méchant est très instructif et m’a redonné goût aux zombies. Maintenant, espérons que le prochain tome soit riche en action comme le laisse présager les dernières pages, ce serait un enchainement parfait ! De plus, l’évolution de l’œuvre laisse penser à un futur des histoires de Rick Grimes mélangeant zombies dans un monde à la Mad-Max, que du bon 
Mais afin de réellement perdurer, j’espère qu’ils vont aborder les origines de cette contamination ou évoluer vers un autre principe que présenter un méchant toujours plus méchant, car Negan est au top de la cruauté, et le jour où Rick s’en débarrassera, il faut espérer qu’ils ne nous lancerons pas sur les traces d’un énième malade (ce qui malheureusement serait une suite facile…). Après autant de tomes, il va falloir préparer un réel virage scénaristique d’ici peu pour éviter que les zombies-addicts n’aillent se délecter ailleurs.
Pour conclure, je donnerai une note de 14,5 sur 20 à ce nouveau volume de walking dead. Je conseil fortement, à dévorer de tout urgence !

D.A.G.

PS. En prime le nouveau trailer de la saison 4 de la série The Walking Dead !

Cool video with cool guest :)

Vidéo Publié le Mis à jour le

I found this video by accident on youtube while I was traveling along videos.
I didn’t know this band, but I really enjoyed it, and you will find a winchester brother inside with a well known demon, ruby ! In other words, Jared and Genevieve Padalecki ! Awesome moment 🙂
I repeats but you will find some news on this blog SOOONNNNN !!!! 🙂

good night !

D.A.G.