comédie

« Groundhog Day » A movie that we like to watch again and again and again !

Publié le Mis à jour le

I must confess something, it is hard to say, but, I am not really young :p So I grew up with 80’s movies and I know them quite well 😀
That is why I am going to speak about the movie « Groundhog Day » with the famous Bill Murray (the second movie I have seen with him when I was young, just after Ghostbuster’s), a movie that really left me good memories because I really laugh a lot. Let’s see the trailer.

I decided to watch this movie again few weeks ago (with my girlfriend because she never seen it) and I realized it aged properly because we laugh a lot together and she enjoyed this movie.
It was realized by Harold Ramis (yes! Doctor Egon Spengler from Ghostbuster’s 1 and 2) in 1993, it doesn’t make us any younger 🙂 )

51EVxBEKg6L

We are following along this movie the story of Phil Connors (Bill Murray, outstanding like usual), announcer in a small TV station, with a huge ego and acting like a rude stupid guy with every people he meet, because he think he is a big TV star, but he is not. Like every years, he has to go to the small city Punxsutawney to covering the annual event of the Groundhog Day. He went to this city with his cameraman Larry (Chris Elliott) and his producer Rita (Andie MacDowell). However, weary to do this reportage every year, he made a sloppy report, hopping that he will be able to get back to Pittsburgh quickly. Unfortunately, a snowstorm, which he announce on the screen earlier to be in another region, hit the small city of Punxsutawney, forcing them to stay on more day.
This is where it all begin. After this night, Phil wake up and seems to have a filling of « déjà vu » and realize quickly that he is back to the Groundhog Day. This day goes like the last time and Phil seems to be the only one to realize that.
Totally lost at the beginning, Phil start to realize that it is not a nightmare but a good opportunity to do what he want, among craziest things. At this point, the film begin to be a repetition of the same day with a lot of gags each one most craziest than the others.

bill-murraybill-murray-300dmurray

During this movie, le character of Phil is going to learn to listen other people, caring more about them than himself. He start the movie acting as a selfish guy, really mean, but step by step, he became someone really close to other people, saving them, helping them, or simply listening them, seeing that we can find pleasure to help others and seeing them happy.
He is going to realize that learning is something that allow to see the world in a different way, that nothing is acquired, we can learn every single day during all our life. And after all that, he will learn to love and will find the true one, a love that you cannot gain with money, or glory neither power.
This movie is a total success and reflects a style of movie that almost disappear nowadays. There is no dirty jokes, swearword or naked woman in it. I see this film like a fable, simple, honest. Harold Ramis tells us a good story, funny and full of feelings. It is with movie like this that you realize that sexes, violence or special effects are not really necessary to make people dreaming. Sincerity, honesty and creativity it is all that matter.
Moreover, you have to realize that the concept is simple, live the same day again and again, the principle of the time loop has been re-used after this movie a lot of time in other production in the theater or on TV (Edge of tomorrow recently, but also TV show like supernatural, stargate, and the list could be longer). In some sort of way, this 20 years old movie was a precursor about this concept 🙂

GroundhogDaySnowman

In summary, this movie is relatively philosophical and seduce a lot of people when it was release, gaining almost six time the investment which is really a lot for a movie of this period, and it stay cult and a reference since more than twenty years in the all world (i am still a big fan).
I really recommend this movie and give him a grade of 17/20, it is really a good quality and does not getting old and could fit to every generation.
This movie is like a reflexion about life, and the meaning of it.

Enjoy 😉
Desmond A. Green
PS. Do not hesitate to let comments, start discussions and say what you are thinking about this movie 😉

groundhog-day-1

Publicités

Person Of Interest et pas qu’un peu !

Publié le

Continuons sur la lancée de la semaine dernière. Après Marvel’s agents of shield parlons un peu de la série Person Of Interest.

wallpaperpersonofintere

Voici la bande annonce de la saison 1.

Crée par Jonathan Nolan, produite par J.J. Abrams et diffusées par CBS, cette série a vu le jour en septembre 2011. Mélange d’espionnage, thriller, drama, action mais aussi comédie (si si c’est vrai !), elle arrive sur les écrans sans crier gare et on se demande un peu ce que peut nous réserver un tel show crée par Jonathan Nolan (le frère de christopher, qui est déjà à l’origine de rien de moins que Memento, le Prestige, les deux dernier épisodes de Batman, Man of Steel, et bientôt sur les écrans Interstellar) et produit par J.J. Abrams le prodige des séries et du cinéma (qui il faut l’admettre à fait du bon, du très bon, mais aussi du mauvais dans certains cas…).

On continu en vidéo avec la bande annonce de la saison 2, mais attention, si vous la regardée, ça s’appelle du SPOILER !!!

La série suit les aventures d’un ex-agent paramilitaire de la CIA John Reese (Jim Caviezel) qui, présumé mort, aire dans New-York et se retrouve malgré lui mêlé à une rixe qui le place dans le collimateur du lieutenant de police Joss Carter (Taraji P. Henson). Heureusement pour John, le mystérieux milliardaire Harold Finch (Michael Emerson) le fait sortir du poste de police et l’engage afin qu’il l’aide à retrouver les Person Of Interest. Finch est en réalité à l’origine de la création d’une Machine – comme il l’appel – qui est un système de surveillance de masse, et plus précisément une intelligence artificielle qu’il offre au gouvernement pour éviter un nouveau 11 septembre. Ce système est capable de prédire les actes terroristes dans le monde en s’appuyant sur de nombreuses données comme les enregistrements de caméras de surveillance et des appels téléphoniques ou les antécédents judiciaires. Cependant la machine repère aussi les crimes entre citoyens ordinaires considérés comme mineurs par le gouvernement. Les autorités ayant décidé de ne pas tenir compte de ces données Finch s’est laissé une porte de sortie et reçoit chaque jour les numéros de sécurité social des personnes impliqués à New York ou dans les environs. C’est personnes sont les Person Of Interest que lui et Reese vont tenter de retrouver, car la Machine ne leur donnant qu’un numéro de sécurité social sans détails, ils ne savent pas s’ils cherchent l’assassin ou la victime. Ils finiront petit à petit par constituer une équipe avec le lieutenant Carter qui les rejoindra, mais aussi un autre lieutenant anciennement véreux Lionel Fusco (Kevin Chapman), ainsi que Sameen Shaw (Sarah Shahi) et Samantha Groves alias Root (Amy Acker). Bien entendu, toutes leurs actions vont finir par contrarier de nombreuses organisations criminelles.

Une petite photo d’une partie du cast.

person-of-interest-sdcc2013

Après avoir déjà vu les 3 première saisons (la 4éme venant d’attaquer en septembre), le plaisir est toujours le même.
La première saison commence sans prétentions, le personnage de Reese est attachant, il cache un passé lourd de secret et est très clairement traumatisé par certains événements. De plus, Reese est assez sarcastique et fait preuve d’un humour caustique toujours très bien placé, rare, mais sortant toujours exactement au moment où il faut. Finch quant à lui est tout aussi mystérieux, et beaucoup plus en retrait dans un premier temps. Toutefois, au fur et à mesure des épisodes, on apprend à connaitre ce binôme devenant toujours un peu plus attachant au long des épisodes. Carter de son côté joue la flic voulant la justice et pense la faire en pourchassant Reese mais elle va se rendre compte qu’elle se trompe de proie. Elle finira par rejoindre la cause des deux compères. Concernant Fusco je vais le dire haut et fort, je ne pouvais pas le voir au début !!! Son personnage m’énervai au plus haut point ! Flic pourri, Reese le coince et en fait son informateur, mais lui aussi finira par rejoindre l’équipe et deviendra en quelque sorte un pilier du groupe, sortant des remarques et des touches d’humour irrésistibles. On finit par l’adorer le bougre 🙂 Shaw est le pendant féminin de Reese, encore plus sombre et sans cœur. On l’adore dès le début (puis il faut l’avouer Sarah Shahi est un atout charme de poids pour la série). Root (un autre atout charme, je dis ce que tout le monde pense, ne faites pas les timides 😉 ) rejoint ensuite l’équipe tout en étant un personnage sans attache. Méchant excellente dans un premier temps, et coéquipière surprenantes, toujours où l’on ne s’y attend pas par la suite.

person-of-interest4Person-of-Interest-Amy-Acker-dans-le-season-final_portrait_w532

Côté méchant, c’est un panel phénoménal, entre l’organisation de flics pourris (HR), la mafia italienne mené par Elias (qui est époustouflant et mon préféré je dirais), la CIA bien sûr, Peter Collier et sa milice Vigilance, ou encore John Greer énigmatique leader de Decima Tech. Et encore j’en oublie, même les méchants secondaires ont un charisme phénoménale et une personnalité ultra travaillée.
Si vous cliquez sur play sur cette vidéo vous risquez de vous exposez à un SPOILER massif car ce que vous voyez ici est la bande annonce de la saison 3 😉

Et surtout n’oublions pas le personnage le plus mystérieux et le plus puissant, la Machine. Personnage à part entière de la série, on la découvre un peu plus à chaque saison et on finit par se demander, est-elle méchante ou gentille ? Et où s’arrêtera-t-elle ?
Je vous dis de l’action, en voici une petite preuve 😉

Mors Praematura

Cette série est une réussite, on peut la comparer à des poupées russes, tout est emboité et à chaque fois que l’on ouvre une pièce on se rend compte que quelque chose est encore en dessous. Ce qui m’épate c’est qu’ils arrivent à se renouveler sans se répéter, même après trois ans de rebondissements incessants, introduisant toujours plus de méchants. On ne se perd jamais, tout est claire, sans zones d’ombres ou histoires laissées de côtés (qui a dit LOST ??? 😉 ).
De plus, je suis impressionné par le fait que de nombreux éléments de la saison 1 se retrouvent à avoir des influences extrêmement importantes dans les saisons qui suivent. Les scénaristes font un travail exemplaire (tout du moins pour l’instant) et à couper le souffle. On se demande toujours où nous mènera la suite des épisodes. La fin de la saison trois laissant un suspense à couper le souffle quant au futur de toute l’équipe, le fait que je me retienne de regarder tout de suite les nouveaux épisodes est particulièrement insoutenable :p
Concernant les personnes, je crois que j’ai rarement été aussi attaché à des protagonistes d’une série. On rigole avec eux, on souffre avec eux, on a le cœur qui palpites lorsqu’ils sont dans une mauvaise posture. C’est un pur bonheur. Qui plus est, cette série fait partie du petit nombre où l’histoire ne se passe pas dans le monde des bisounours (même si j’ai rien contre eux, pas de polémiques bisounours ;)), ici, même les héros perdent, et rien n’est jamais acquis ce qui rajoute une tension phénoménale et entraine une incertitude continu quant au dénouement de chaque épisodes.

Person of Interest fait partie du top de mes séries, je suis un fan, l’histoire, les rebondissements, les enchainements, tout autant que les personnages (je ne pourrais même pas en citer un que je préfère tant ils ont tous leur propre passif et caractéristique exceptionnelle, Jim Caviezel est remarquable, mais tous font des performances parfaites à chaque épisodes) sont, et je pèse mes mots, parfaits, cadrés, sans fioritures ni vides à comblés.
Person of Interest est une réelle réussite, et fait un réel et très rare sans faute (jusqu’à maintenant). Si vous aimez l’action, l’humour, les sentiments, le suspense, l’espionnage, les rebondissements, ou tout simplement une histoire complète, travaillée et qui vous accroche les yeux tout autant que le cœur, cette série est pour vous.

cbs

C’est une note que je pense sera très rarement attribuée parmi mes articles, mais je lui décerne un 19,5/20 sans hésiter, et c’est amplement mérité.
Un peu de temps ce soir ? Foncez découvrir Person of Interest !!!! You are being watched and it’s for your own good 😉

person_of_interest_by_entangle-d4r5eyo

See you soon,
Enjoy,
D.A.G.

Rien que pour vos yeux, bande annonce saison 4 actuellement diffusée sur CBS.

« Un jour sans fin » un film que l’on ne se lasse pas de revoir !

Publié le Mis à jour le

Il faut que je vous avoue quelque chose, c’est difficile à dire, mais, je ne suis pas tout jeune :p Donc les films des années 80 ça me connais, car je les regardais quand j’étais gamin 😀

Voilà pourquoi je vais vous parler un peu du film « Un jour sans fin » (en anglais Groundhog Day) avec Bill Murray (deuxième film que j’ai vu à l’époque avec cet acteur que j’adore, juste après SOS Fantôme) qui m’avait bien marqué étant enfant, car cela m’avait fait bien rigoler.
J’ai donc décidé de le regarder avec ma chérie il y a peu de temps, car elle ne connaissait pas se film et visiblement, il a bien vieilli car on a bien rit et cela lui a plus.

Ce film, aussi appelé Le Jour de la marmotte au Québec, a été réalisé par Harold Ramis (oui le docteur Egon Spengler de SOS Fantôme 1 et 2) en 1993, ça nous ne rajeunis pas tout ça 🙂
On suit l’histoire de Phil Connors (Bill Murray, exceptionnel comme à son habitude), présentateur dans une petite station de télévision, à l’ego démesuré et complétement exécrable avec tous les gens qui l’entourent car il se prend pour une star de la télévision (ce qu’il n’est pas). Comme chaque année, il se retrouve à devoir aller dans la petite ville de Punxsutawney afin de couvrir l’évènement annuel du Jour de la marmotte. Il se rend donc dans cette petite ville en compagnie de son caméraman Larry (Chris Elliott) et de sa productrice Rita (Andie MacDowell). Toutefois, étant lassé de devoir réalisé un tel reportage chaque année, il le bâcle en espérant rentrer le plus vite possible à Pittsburgh. Malheureusement, une tempête de neige, qu’il avait prévu dans une autre région, frappe la petite ville de Punxsutawney, les obligeant à y rester un jour de plus.
C’est alors qu’après une nuit de sommeil, Phil se réveil et découvre qu’il est à nouveau le matin du Jour de la marmotte. La journée se déroule de la même façon que précédemment et seul Phil semble se rendre compte qu’ils revivent la même journée.

Perdu dans un premier temps, Phil finit par y voir une opportunité de réaliser les choses les plus folles. Le film part alors sur une série de gags tous plus fou les uns que les autres.
Au cours du film, le personnage de Phil va apprendre à écouter les gens qui l’entourent, à se soucier davantage des autres que de sa petite personne. Étant au début un homme imbu de sa personne, aigrit, il va devenir petit à petit quelqu’un d’attentionné envers les autres, voyant que l’on peut trouver du plaisir à aider autrui et les voir heureux. Il va se rendre compte que s’instruire et apprendre est quelque chose qui lui permet de voir le monde qui l’entoure autrement. Il va découvrir l’épanouissement personnel à l’aide du savoir et des personnes qu’il croise. Pour finir, il apprendra à aimer, et à trouver l’amour comme il se doit, en touchant la personne avec sa sincérité, et non à l’aide de la gloire, l’argent ou tout autre chose que la société présente comme une nécessité afin de se sentir bien et d’être aimé par les autres.

Ce film est une totale réussite et reflète un cinéma qui a quasiment disparue. Il n’y a pas de blagues salaces, de gros mots, ou encore de filles nues durant le film. Je le vois comme une fable simple, sincère, sans chercher à transcender quoi que ce soit. Ramis nous raconte une belle histoire, à la fois marrante et touchante. C’est en voyant des films comme celui-ci que l’on se rend compte que l’on n’a pas besoin de sexe ou d’effets spéciaux coutant des millions afin de faire rêver. De la sincérité et de l’inventivité, rien d’autre.

De plus, il faut tout de même noter que ce concept simple de revivre une journée, le principe de la boucle temporelle, a par la suite été reprit de nombreuses fois que ce soit dans d’autres films et série (Edge of tomorrow récemment, mais aussi des séries comme Supernatural, Stargate et la liste pourrait être longue). En quelque sorte, ce film qui a plus de 20 ans peut être considéré comme avant-gardiste et précurseur dans ce concept 🙂

En bref, ce film relativement philosophique a séduit beaucoup de monde à l’époque de sa sortie, rapportant près de six fois l’investissement ce qui est relativement bien pour un film de l’époque, et surtout il reste culte pour beaucoup de cinéphile dans le monde (moi le premier).

Je le recommande vivement avec un bon 17/20, c’est un film de qualité, il n’as pas vieilli et peut être vu autant en famille qu’avec sa chérie (ou son chéri 😉 ).

Enjoy 😉
Desmond A. Green

« Les Gamins » pas si gamins que ça ! (je sais le titre était facile à trouver :p par contre attention SPOILERS)

Publié le Mis à jour le

Aujourd’hui nous allons parler d’un film français, « Les Gamins » !
Mais avant de parler un peu de vidéo pour vous mettre en condition avec la bande annonce du film 🙂

Production français sortie en 2013 regroupant rien de moins que Max Boublil et Alain Chabat, ce film traite de la rencontre entre Thomas (Max) qui rêve de percer dans le monde de la musique et Gilbert (Alain) qui est bien parti pour être son futur beau-papa. Toutefois, en pleine crise existentielle, Gilbert décide de partir du jour au lendemain pour gouter à nouveau à toutes les choses qu’il faisait lorsqu’il avait 20 ans, et par la même occasion il entrain Thomas avec lui. Ils vont ainsi vivre comme deux adolescents, ou plutôt comme deux « gamins » et s’attirer de nombreux problèmes.

Voici le postulat du film qui est relativement sympa. Néanmoins, après avoir vue à l’époque la bande annonce, je n’ai pas été plus que cela emballé et j’ai vraiment eu peur d’être face à un type de film où tous les gags se trouvent dans la bande annonce. De plus, à l’époque de la sortie de ce film, il était en concurrence direct avec « Les Profs » et j’avoue avoir craqué pour ce dernier et non « Les Gamins ».

Mais dernièrement je me suis laissé tenter à regarder le film, et je dois l’admettre, j’ai eu tort car ce il vaut vraiment le détour je vous l’assure. Ceci pour beaucoup de raisons, tout d’abord le duo Boublil-Chabat est irrésistible. Dès que cela déconne cela fait mouche à chaque fois. Lorsqu’ils font connaissance, avec le futur gendre qui essai de plaire au beau-père qui lui par contre ne dit que des horreurs sur sa vie, sa femme et finit par lui dire de se barrer alors que c’est le copain de sa fille :p

Alain Chabat et à mourir de rire en vieux blazer faisant sa crise de la quarantaine tout en étant has been 🙂
Sandrine Kiberlain est elle aussi excellente dans le rôle de la femme de Chabat, une femme branchée zen, missions humanitaire, fan de baguettes pour manger n’importe quoi et surtout ne finissant jamais ses phrases !
Toutefois, la palme revient à Max Boublil. Pour être tout à fait franc je n’ai jamais vraiment aimé ce qu’il a fait jusqu’à maintenant, le personnage ne me gêne pas et est relativement cool généralement sur les plateaux de télévisions mais tout le reste ne m’a jamais fait rire. Ce qui fut un problème pour me motiver à aller voir le film au cinéma :p

Mais dans le film, j’ai vraiment été épaté. La performance de Boublil est impressionnante car au lieu de rester dans son registre habituel, bouffonnerie en d’autres termes, il est ici tout dans la retenue. Il n’en fait jamais trop, sort une blague toujours au bon moment, sans être dans l’humour potache et facile. Cette retenue le rend touchant, on sent une sincérité, il est vraiment touchant, et on se rend compte que l’on a mal pour lui lorsque les choses ne marchent pas avec sa musique et avec sa copine.

C’est une très belle performance, et cela permet de donner un fond à ce film que l’on n’imagine pas en regardant la bande annonce. « Les Gamins » n’est pas juste une comédie, c’est un film aussi touchant, réaliste, sur ce que les différentes générations peuvent traverser de nos jours, et c’est une très belle histoire d’amour.
J’ai été agréablement surpris et je le conseil vivement. Le duo Chabat en cinquantenaire qui retombe en enfance et Boublil qui veut par tous les moyens devenir quelqu’un de respectable, on ne s’y attend pas et c’est tant mieux.
« Les Gamins » est un très bon film français, parmi les meilleurs que j’ai vu c’est dernières années (avec 1633850 entrées), avec un scénario marrant, touchant mais surtout avec du fond, ce qui manque cruellement de nos jours dans le cinéma Français.

C’est donc avec plaisir que je donne à ces gamins un 14,8/20 !
Pour une bonne tranche de rigolade qui ne vous laissera pas un goût amère vous savez ce qu’il vous reste à faire, courrez-vous procurer « Les Gamins » !!!

Enjoy,
D.A.G.

PS. En bonus une petite scène bien marrante :p

Happiness Therapy ! J’adore ! Love it !

Publié le Mis à jour le

L’un de mes films préférés de 2013 ! Très très belle découverte, émouvant, drôle, il m’a beaucoup touché et je le regarderai de nouveau avec plaisir 🙂

One of my favorite movie of 2013 ! Very beautiful discovery, touching, funny, I will see it once again with pleasure 🙂

http://youtu.be/9KIqvwcc1e0