cocorico

L’ultime tome de Bad Ass à la hauteur de son nom ?

Publié le Mis à jour le

Bad Ass, une mini-série dont je vous ai déjà parlé dans de précédents articles (sur le tome 1 cliquez ici si vous avez loupez l’épisode, ou cliquez ici pour l’article sur les tomes 2 et 3) concernant les tomes 1 « Dead End », tome 2 « The Voice » et tome 3 « Who’s The Boss », se termine avec le quatrième volume « Very Bad Team ». Une dernière dose de Bad Ass qui nous présente une team very very bad, mais aussi very very cool !

Publicités

Deux doses de plus, et toujours aussi Bad Ass !

Publié le Mis à jour le

Après Dead End (Tome 1 de la série Bad Ass) , The Voice (Tome 2) et Who’s The Boss (Tome 3) nous replongent dans le monde de fou qu’est Bad Ass !

Lire la suite »

« Bad Ass » du très bon comics Americain made in France

Publié le

Aller cette fois-ci on change un peu de sujet, pas de cinéma, nous allons parler un peu bande dessinée. Il m’ait arrivé de lire divers comics comme les Avengers, Spawn ou encore Walking Dead, mais il y a quelques mois j’ai voulu essayer de trouver des comics plus « Underground » si je peux dire. Des œuvres dont on n’entend pas parler de partout, prenant le risque de tomber sur des œuvres sans âmes ou des pépites 🙂
C’est donc avec intérêt que je me suis penché sur plusieurs comics, et je vais vous présenter dans cette article le comic « Bad Ass : Tome 1 Dead End » qui, information très importante, est une production Française !!!! Cocorico !

9782756022062v

Au fil des pages nous découvrons le héros, ou plutôt anti-héros Jack Parks dont le nom de code est Dead End. Il est un tueur à gage de renom travaillant pour le Dragon Vert, un mafieux dirigeant la pègre asiatique de Roman City. Contre toutes attentes, après six mois de bons et loyaux services sous les ordres du Dragon, il se rebelle et massacre toute la clique ainsi que son patron. La particularité de Dead End, la chance lui sourit. Toutefois, ce ne fut pas toujours le cas, 25 ans plus tôt, Jack Parks était le souffre-douleur de son lycée, et aujourd’hui il est partit pour se venger. Il va devoir faire face au justicier de cette ville Black Snake et au service de police qui tentera de l’arrêter par tous les moyens.

Vous pouvez voir ici quelques planches du début du tome Dead End.

36564_pl178950_pla3674393805

Bad Ass est un coup d’essai pour moi, il faut savoir prendre des risques afin de découvrir de nouvelles œuvres intéressantes, et c’est une totale réussite. Bas Ass est assez surprenant et encore plus en sachant que c’est un comic totalement anarchique sans la moindre retenue tout droit sortie de l’imagination des français Herik Hanna (scénario), Gaëtan Georges (coloriste) et Bruno Bessadi (illustrations) et publié aux éditions Delcourt. Le premier tome Dead End ouvre la série qui comptera quatre tome, le deuxième « The Voice » est disponible et le troisième « Who’s the boss » est prévu pour le 11 février de cette année.

9782756022062v9782756036809v9782756054056v

Cette série met en avant des « super-villains » avec Dead End que l’on rencontre dans le premier tome. C’est un homme qui déteste tout ce qui est beau, les moments joyeux lui donnent la nausée, et il fait tout pour gâcher les instants comme ceux-là. Il est détestable, à un tel point qu’on l’adore 😉
Le dessin est vraiment très beau, de belle couleurs. L’ambiance est très branchée action, on ne s’ennuie pas une seule seconde, c’est de l’action non-stop. L’ensemble fait penser un peu à du Kick-Ass, tout autant que la violence et le trash (c’est un style qu’il faut aimer je vous l’accorde), mais ils évitent tout de même la surenchère de tripes. Bad Ass nous offre un superbe anti-héros avec un dosage parfait action/humour. Ici on trouve un humour noir pur arabica sans demi-mesure est c’est un vrai bonheur, moi qui raffole de ce genre, j’ai adoré ! Les créateurs savent ce qu’ils veulent, c’est irrévérencieux, vulgaire, sans fioritures. Le méchant gagne à chaque fois. Les gentils comme Black Snake ne font pas le poids !
C’est un monde assez surprenant avec de nombreux super-héros aux pouvoirs tout aussi impressionnant que nunuche, cela dépend. Black Snake similaire à Batman mais avec des serpents, Amadeus Kitty qui attaque avec le son de son violon et je ne vous parle pas du reste. C’est vraiment excellent et leur imagination semble sans limites, même les noms des super-héros sont très bien trouvés. Il y a de l’ironie, de la moquerie, c’est sans gênes et ça marche. C’est très bien trouvé et très frai. On se prend tout de suite au jeu, et on suit la route de cet anti-héros avec délectation.
Très bonne découverte, ce Bad Ass est une très belle réussite qui mérite un 17/20 pour se très bon départ en attendant de voir si le second volume continu sur la lancée.

Bonne lecture 😉
Desmond A. Green

Badass_1_centre

PS. Vous pouvez retrouver une interview très intéressant à cette adresse.
http://www.madmoizelle.com/bad-ass-interview-147192

« Snowpiercer » ! Enfin un film post apocalyptique qui montre un peu d’originalité !

Publié le Mis à jour le

Je sais, je sais. Les articles se font rare c’est dernier temps mais pour ma défense, je bosse comme un malade sur le troisième épisode de Heaven Infinity et sur un autre projet afin de pouvoir au moins sortir ce nouvelle épisode de Heaven Infinity en septembre 🙂
Mais je n’ai pas pour autant oublié mon petit blog et c’est pourquoi me revoilà ! Qui plus est avec un nouveau film à mon tableau de chasse, Snowpiercer !
Cela faisait un moment que je voulais le voir et c’est maintenant chose faite 🙂

Voici d’ailleurs une petit bande annonce pour vous mettre dans l’ambiance !

Alors d’abord, un peu d’histoire. Réalisé par Bong Joon-ho et inspiré d’une bande dessinée française (cocorico :p), le film se déroule en 2031 dans un train, contenant les derniers représentant de l’humanité, qui parcours continuellement la terre qui a subi une nouvelle ère glaciaire en raison d’une tentative manquée de diminution du réchauffement climatique. Les habitants de ce train sont soumis à une séparation des classes, les plus aisés en tête de train et les plus démunis en queue. Lassé de cette vie de soumis, la population en queue de train décide de se révoltée, menés par Curtis (Chris Evans aka Captain America).

Un film de SF post-apocalyptique alléchant que je me devais de voir. Et j’avoue ne pas avoir été déçu. Bon film, même s’il ne restera pas non plus dans les annales, il est magnifiquement tourné. Le train est impressionnant. Le fait d’avoir tous les aspects d’une vie (ou d’une ville) distillé dans chaque wagon est relativement impressionnant. La qualité visuelle est vraiment bluffant. Une grande réussite. Autant les décors extérieurs qu’intérieur sont extrêmement bien fait. Le paysage glacé vous fait froid dans le dos, quand à chaque wagon, on se retrouve à imaginer ce que Curtis et les autres vont trouver à derrière chacune des portes. Il y a d’ailleurs un petit côté jeu vidéo linéaire qui pourrait peut-être rebuté certain (comme je l’ai lu dans certaines critiques), mais bon, en avançant dans un train cela ne peut qu’être linéaire. Un de mes moments préférés est l’école primaire. Vraiment excellent ! Très lavage de cerveau flippant mais ça reste une scène du film que j’ai trouvée super.

Malheureusement, les personnages sont le point faible majeur de ce film. En dépit d’un Curtis assez bien travaillé (en quête de rédemption mais je n’en dirais pas plus) et de Tilda Swinton dans le rôle de Mason (qui fait vraiment flipper), l’ensemble est relativement peu creusés. Il y a toujours une certaine ébauche, mais cela ne va jamais très très loin. C’est malheureusement LE point qui m’a vraiment déçu. La psychologie des personnages auraient vraiment méritées d’être beaucoup plus poussées. Peut-être avec des flash-back de l’arrivée dans le train, ou encore un peu plus d’histoire, passer plus de temps à montrer l’aspect dégradant d’être en queue de train et les bourgeois en tête. Toutefois, ce film est une œuvre réalisé avec un grand nombre de partenariat mais demeure un film sud-coréen. Et d’après ce que j’ai pu lire c’est l’un des films sud-coréen les plus chère jamais réalisés (voir le plus chère) donc je peux comprendre que rajouter 30 minutes de films pour creuser la fin et les personnages été peut-être un peu trop pour leur budget.

Quant au dénouement final, il est tout à fait de qualité, j’avoue avoir été surpris par plusieurs détails (agréablement surpris je précise :p). Il y a à la fois une certaine moralité, mais aussi une atroce réalité sur l’humanité, le comportement humain, le sacrifice. Mais je ne vais pas m’éterniser sur la fin au risque de vous gâcher cela. Elle vaut vraiment le détour c’est tout ce que vous devez savoir 😉
La seule petite chose que j’aurais aimé, c’est que la fin aille un peu plus loin. Je trouve que le film stop d’un coup. Il y a un côté interprétation personnel ça je l’ai bien compris, mais quelque minutes de plus n’auraient pas fait de mal pour encrer davantage la fin du récit. On se retrouve avec une fin qui n’en est pas vraiment une. Mais bon, cela n’enlève rien au charme de ce film.

Toutefois, de manière générale, Snowpiercer est vraiment une réussite et une belle surprise. Il mérite amplement un 15/20. Il permet d’offrir un très bon divertissement, avec des décors de qualité, des personnages malgré tout assez attachant et une fin qui nous surprend. Un bon film que je recommande vivement !

Enjoy !
D.A.G.