Reborn, un one shot qui donnait l’eau à la bouche mais laisse un goût plus qu’âmer.

Publié le Mis à jour le

Lorsque l’on voit une histoire de héros après la mort combattant des démons avec Mark Millar au scénario et Greg Capullo s’occupant des dessins, on se dit qu’il y a tout de même de bonnes bases pour avoir une aventure au moins bien sympa, voir super cool. Reborn m’a permis de revoir ce point de vue.


Bonnie Black est une vieille femme fragile effrayée par la mort. Le jour de son décès, elle renaît en Adystrie, un monde fantastique qui est en guerre contre les troupes de Golgotha. Elle apprend qu’elle est l’élue qui doit mettre un terme à cette guerre.

Comme je dis souvent, simple, efficace, normalement de quoi passer un bon moment. Il y a beaucoup de comics que l’on prend énormément de plaisir à lire, mais une lecture suffit et on le revend. Cela ne reste pas dans les mémoires, mais on ne regrette pas et ça laisse tout de même quelques bons souvenirs.
Reborn est totalement l’inverse. Sur le papier ça fait presque rêver. Mark Millar qu’on ne présente plus (Wanted, Civil War, Kick-Ass, Old Man Logan, Jupiter’s Legacy, The Authority…) nous offre une histoire de fantasy mélangée à de la science-fiction. Très franchement, c’est une association à laquelle je ne résiste pas et qui semble très sympa, mais se révèle des plus ennuyeux au final.
Niveau idées, il y a de quoi faire. L’aspect réincarnation en guerrier dans un autre monde après la mort est bien trouvé. Le problème c’est que visiblement on se réincarne à n’importe qu’elle âge, vieux, jeune, ce qui est un principe étrange… et pas du tout expliqué. On ne sait pas si le corps est déjà prés et se réveille, s’il apparait comme par enchantement… ce n’est pas traité du tout. Et que ce passe-t-il pour ceux qui se réincarnent en personnes âgées ?… Un détail vague qui gêne un peu. Je veux bien accepter qu’il ne faut pas tout expliquer, mais là quand même, on se pose tout de suite la question lorsqu’elle arrive sur Adystrie.

On continu avec le principe, basique mais qui tiens la route et ne demande pas d’explications supplémentaires : la réincarnation en Adystrie lorsqu’on est gentil et chez les démons lorsqu’on est méchant. Pourquoi pas. Pas spécialement novateur mais vu l’histoire ça marche.
Le fait que l’on y retrouve les animaux de compagnie c’est une bonne idée mais un peu étrange quand même… par exemple Bonnie retrouve Roy, le chien qu’elle avait lorsqu’elle était petite, qui est un énorme chien en armure en Adystrie. Par contre, on ne comprend pas trop pourquoi son chat passe chez les méchants et se retrouve bipède comme les humains et doué de la parole. Ce n’est pas cohérent. En plus, le chat s’appelait Frosty et se fait appeler dans cette autre vie le général Frost et il veut se venger de Bonnie car elle l’a fait castrer…
Ok, ça fait rire sur le coup mais au file des pages on est plus dans le registre du ridicule

Pour ce qui est de l’histoire en générale, je ne sais pas si s’était déjà prévu de faire un one-shit mais qu’est ce que ça va vite ! Beaucoup trop vite ! On survole tout – et le mot est faible – rien n’est vraiment traité. Bonnie et son père parcours les terres d’Adystrie avec une région différente par page ou moitié de page, tout ça pour retrouver l’ex mari de Bonnie. Ils se font à chaque fois avoir comme des bleus, les discours sont souvent cucul, voir mauvais, et le pire c’est le gros méchant. On s’imagine tout un tas de choses qui auraient pu être intéressantes par rapport à des personnages morts qui ne sont pas présents au début. On se retrouve avec un mec totalement sans intérêt pour l’intrigue qui s’est réincarné en Golgotha…. L’histoire frôle quand même la grosse arnaque et le foutage de g*****.

Après niveau dessin, rien à redire. C’est le seul point positif. Greg Capullo que l’on connait très bien pour avoir œuvré sur Spawn et lui avoir offert ses lettres de noblesses, assure totalement avec un dessin très bon, coloré, fouillé avec beaucoup de détails. Les personnages sont stylisés, bien différents. Un pur régale pour les yeux. C’est ce qui rattrape un peu ce comics.

Reborn est une grosse déception, tout particulièrement concernant Millar. On a vraiment l’impression qu’il a trouvé un début d’histoire sur un vieux torchons et que la maison d’édition s’est dit qu’il y aurait bien deux ou trois couillons pour l’acheter. Un 4/20 pour une renaissance tuée dans l’œuf.
A éviter absolument !

A bientôt,
D.A.Green

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.