Moonshine (tome 1), un cocktail réussit d’alcool de contrebande et de monstres.

Publié le Mis à jour le

Nouvelle production des créateurs de 100 BULLETS (qui est dans ma collection mais que je n’ai toujours pas pris le temps d’attaquer… honte sur moi :p), Moonshine m’a intrigué. Même si la couverture ne m’inspirait pas grand-chose, trouver le premier tome à la médiathèque ne pouvait que me motiver à goûter à cette œuvre.


1929, les États-Unis sont en pleine prohibition. Lou Pirolo, jeune torpédo à la solde de Joe « The Boss » Masseria, est envoyé en Virginie pour s’assurer de la collaboration d’Hiram Holt, l’un des meilleurs producteurs d’alcool de contrebande du pays. Une mission taillée sur mesure pour le jeune tueur à gages un peu trop impatient de faire ses preuves car, à sous-estimer la famille Holt, Lou s’attaque à plus fort et bien plus effrayant que lui.

Avec les auteurs de 100 BULLETS aux manettes, à savoir Brian Azzarella au scénario et Eduardo Risso pour le coup de crayon, même si je n’ai pas encore testé 100 BULLETS, c’était tout de même un gage de qualité.
L’histoire est sympa, un mélange de surnaturel et de gangsters, pourquoi pas. Ce fut donc au final une très belle surprise. J’ai beaucoup aimé l’aspect thriller-horreur, avec tout de même bien plus de thriller que d’horreur.

Même si peu détaillé, le dessin est maitrisé, on voit qu’il y a l’expérience des illustrations de gangsters :p Le style s’appuie beaucoup sur les ombres et les teintes de couleurs, ainsi, même si par moment les expressions des personnages sont un peu raté et déforment les visages plus qu’autre chose – à un point que l’on a des fois du mal à reconnaitre Lou lorsqu’il a peur – l’ensemble est vraiment très sympa. On prend du plaisir à tourner les pages.

Pour ce qui est de l’histoire, j’avoue avoir été un peu dans le flou pendant pas mal de temps au court de ce tome 1. J’ai eu du mal à cerner vraiment où il voulait en venir. On ne comprend pas tout de suite qu’il ne s’agit pas uniquement de gangsters et de prohibition. Ça va au delà de ça. Ils nous parle de racisme, avec un personnage profond et traumatisé, mais aussi de la magie et du surnaturel. C’est un mélange osé qui contre toute attente marche très bien… pour un premier tome ! Maintenant, il faut voir s’ils arrivent à transformer l’essai par la suite avec les tomes qui suivront.

L’histoire bien que simple dans ce tome, nous tiens en haleine du début à la fin. Je mets un beau 15/20 pour se début d’aventure mais comme je l’ai dit plus tôt, il faut voir maintenant où vont nous emmener Azzarella et Risso avec le tome 2.
Le pauvre Lou en prend plein la poire tout au long du tome, mais on se doute que cela ne va pas durer vu ce qu’il se passe dans les dernières pages. Je trépigne tout de même de savoir la suite. J’espère personnellement que Lou ne va pas rester cacher dans le fin fond de la Virginie et qu’il va aller retrouver ses petits copains à New-York. Comme vous pouvez le voir il y a des possibilités, il n’y a plus qu’à lire la suite.
Je conseil en tout cas fortement de découvrir cette œuvre originale, autant pour les fans de gangsters que pour ceux qui aiment le surnaturel.

A découvrir,
Enjoy !

D.A.G.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.