One Upon A Time In Hollywood… un jolie conte qui se regarde bien mais loin d’être parfait.

Publié le Mis à jour le

Enfin un nouveau Tarantino ! En grand fan je l’attendais depuis longtemps et je me suis précipité pour le voir. Heureux en sortant, mais beaucoup de choses à dire

Petit bande annonce !


Once Upon A Time In Hollywood se déroule en 1969 à Hollywood. Nous suivons Rick Dalton (Leonardo DiCaprio) une star sur le déclin et sa doublure de toujours (et meilleur ami) Cliff Booth (Brad Pitt). Ils assistent impuissant au changement que vie le Hollywood de l’époque. Le mouvement Hippie est omniprésent, la guerre du Vietnam est d’actualité, Nixon est élu président… Mais le pire pour Rick c’est le Nouvel Hollywood, un mouvement cinématographique qui est bien décidé à aller jusqu’au bout pour faire disparaitre le cinéma classique d’Hollywood dit le « Vieil Hollywood ». Les réalisateurs prennent le pouvoir au sein des studios et n’hésite pas à mettre en avant des sujets tabous jusqu’alors comme la violence ou encore la sexualité. Au milieu de tout cela Rick et Cliff tentent désespérément de trouver leur place.

Il y a beaucoup de choses à dire sur ce film donc je vais essayer de ne pas écrire un roman 😉
Dans un premier temps on peut dire que le cast est plus que fournis (presque saturé) de têtes connues et chacun est très bon dans son rôle, même si des fois on aurait aimé voir plus de temps à l’écran quelqu’un d’entre eux.
Voici une petite liste de ceux qui ont mis un pied dans le film (non exhaustive) : Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie, Emile Hirsch, Margaret Qualley, Timothy Olyphant, Austin Butler, Dakota Fanning, Bruce Dern, Al Pacino, Zoë Bell, Kurt Russell, Luke Perry pour sa dernière apparition au cinéma, sans oublier ceux coupés au montage :p :
Très franchement je n’ai rien à redire sur qui que ce soit et niveau tête d’affiche j’ai adoré !

DiCaprio, que j’admets ne pas aimer plus que ça sans pour autant le détester non plus, a su se montrer crédible en acteur sur la pente descendante, dépassé par la transformation d’Hollywood. Il est à la fois drôle, mélancolique, on a beaucoup d’empathie pour lui. Et même si c’est un peu un macho lourd, on a quand même envie au fond de nous qu’il arrive à s’en sortir.
De l’autre côté, Brad Pitt joue la doublure de DiCaprio, mais il a aussi la casquette d’homme à tout faire et de meilleur ami de Dalton. C’est un personnage très intéressant mais à la fois assez trouble. Il a un passé étrange (notamment avec l’histoire de son ex-femme…), on ne sait pas trop sur quel pied danser. Il est hyper cool, attachant et n’a peur de rien.
Un duo qui marche parfaitement à l’écran. Un vrai plaisir de les voir ensemble !

Margot Robbie est Sharon Tate, femme de l’époque de Roman Polanski, et future victime des adeptes de la secte de Manson. Très bien interprétée par Robbie, elle est très attachante en actrice profitant de la vie et découvrant le nouveau Hollywood avec des étoiles pleins les yeux, sans se dire qu’un destin funeste peut l’attendre au détour d’une ruelle.
Un personnage qui me permet d’aborder le problème du film, l’histoire et la mise en place des personnages, car avec du recul on se pose des questions…

Je ne garde pas un mauvais souvenir du film bien au contraire, mais un arrière-gout de pas claire…Tarantino nous parle d’un Hollywood qui a disparu, rend hommage à cet âge d’or, mais il se permet aussi de réécrire l’histoire. C’est en quelque sorte un problème je trouve car on s’y perd quand même un peu dans ce film. On comprend que Dalton et Booth sont les acteurs principaux mais on voit tellement de têtes importantes, il y a trop de monde, trop de personnages, qui ont au final plus ou moins d’impact dans l’histoire, voire pas du tout. Certains ne sont que spectateurs de ce qu’il se passe, ce qui fait qu’on est un peu frustré sur la fin de pas avoir vu vraiment tout le monde, d’avoir des personnages presque « remplissage » pour essayer de donner de la consistance à l’ensemble, et de ne pas comprendre toutes les références. Car d’après ce que j’ai pu lire, le film est bourré de références sur le cinéma de l’époque mais aussi sur les films de Tarantino… et vu la densité d’informations je n’en ai capté clairement qu’une toute petite partie

De plus, le principe d’introduire l’histoire de Sharon Tate est assez mal placé. Je m’explique. Le personnage bien que très bien joué et intéressant n’est pas mis au centre du film, et se retrouve à évoluer dans la sphère entourant Pitt et DiCaprio. On aurait aimé plus car elle est clairement en arrière-plan ce qui fait que le sort de Sharon Tate nous importe peu à la fin du film tant on ne l’a pas vu.
Même si Tarantino ne voulait pas faire l’apologie du massacre orchestré par Manson, un peu plus du gourou et de sa secte pour se mettre dans l’ambiance aurait été pas mal niveau histoire, car si on ne se renseigne pas un peu avant de voir le film, on ne comprend même pas que le gars qu’on voit 1m30 trainer à côté de la maison de Tate dans le film est Manson…

Après en dépit de la durée de 3h je dois admettre qu’il n’y a pas de longueur, les décors sont magnifiques, la mise en scène est propre et lécher. Malheureusement, bien que le scénario soit intéressant c’est un peu trop confus. On sent que Tarantino voulait mettre plein de truc mais il s’est noyé tout seul. L’histoire n’est pas maitrisée comparé à ce qu’il a su nous offrir jusque-là. La mise en scène, les décors, les dialogues, les personnages ultra intéressant de Booth et Dalton, tout ceci fait que le film est une réussite, mais l’histoire ne permet pas de le classer parmi les meilleurs de Tarantino malheureusement, pour son « soi-disant » 9ème et avant dernier film, j’aurais aimé un peu mieux en espérant qu’il nous surprenne pour le dernier ou avec d’autres projets 😉
Un beau 16/20 quand même car il était bon et je le regarderais bien encore une fois quand même 😀

A voir,
Enjoy !
A bientôt,

D.A. Green

3 réflexions au sujet de « One Upon A Time In Hollywood… un jolie conte qui se regarde bien mais loin d’être parfait. »

    lisez moi ça a dit:
    19 janvier 2020 à 21 h 38 min

    je suis d’accord avec toi. TARANTINO est un amoureux du cinéma et il le démontre encore une fois. J’ai beaucoup aimé B. PITT et L. DI CAPRIO. La cool attitude du duo est fantastique. Ca reste tout fois inégale.

    J'aime

    paradisehunter35 a dit:
    20 janvier 2020 à 18 h 58 min

    Cela fait longtemps que Tarantino ne me fait plus rêver… malheureusement. Je n’ai même pas envie de voir ce film. Le casting et le pitch me laisse de marbre. Un jour peut-être j’y jetterai un oeil par pur ennui, je pense.

    J'aime

    Fab!en a dit:
    20 janvier 2020 à 22 h 19 min

    Je suis d’accord avec toi pour le côté flou : j’étais au courant du meurtre de Sharon Tate, mais je n’avais pas capté qui était le type qui sonnait à sa porte au début (et pourquoi il y avait des hippies dans le film). Mais l’acteur qui joue Manson avait tourné d’autres scènes qui ont été coupées du montage final, je crois.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.