God Of War II, Kratos est deux fois plus pas content, mais aussi deux fois plus beau ! Pour notre plus grand plaisir :)

Publié le Mis à jour le

Après avoir parcouru le premier volet des aventures de Kratos dans God Of War premier du nom, je n’ai pas résisté pour me procurer la suite de la saga. C’est donc tout naturellement qu’après avoir fini le premier épisode j’ai enchainé sans tarder sur le second ! Parlons donc de la suite de la vengeance de Kratos, God Of War II 😉

Petite vidéo 🙂


Le studio de Santa Monica continu sur sa lancée en sortant God Of War II en 2007 sur la playstation 2, seulement deux ans après le premier épisode, histoire de montrer à tout le monde qui est le chef dans le monde des beat’em all !

Il faut être claire, God Of War II est clairement calqué sur le premier. On a l’impression de jouer à un épisode vraiment sorti dans la foulée. Même si de manière générale on pourrait se dire que les développeurs ne se sont pas trop fatigués, c’est loin d’être le cas. Cet épisode 2 fait un grand pas vers la perfection. Transcendé par rapport à son grand frère, on se demande presque, vu le gain de qualité, si le premier n’était un coup d’essai avant de faire le vrai God Of War avec ce deuxième épisode tant celui-ci nous met une claque et nous laisse KO ! 🙂
Anti-héros violent, le fantôme de Sparte revient en force ! 😉

Pour moi le manque d’évolution réside dans la durée de vie et le scénario. Les enchainements d’actions sont tellement addictifs, avec une difficulté parfaitement gérée, que l’on se retrouve à avancer dans le jeu à toute allure. Un bien pour un mal car la durée de vie se retrouve encore une fois assez faible. Jouant en mode Normal, il faut dans les 10-11 heures pour voir la fin de l’aventure. Une durée convenable, sans pour autant être folle. On aurait pu aimer un peu plus. Tout s’enchaine très, voir trop vite. On retrouve tout de même quelques ajouts comme les défis des titans, on peut aussi débloquer des bonus pour les nouvelles parties et rejouer à des niveaux plus élevés. Des petits avantages qui peuvent faire durer le plaisir mais cela ne change pas le fait que l’histoire principale est assez courte.

Cette durée de vie va bien entendu avec le scénario. Il reste à mes yeux assez faiblards. Les développeurs offrent beaucoup plus de liens avec les mythes grecs ce qui donne du corps à l’œuvre avec la rencontre de Pégase, de plusieurs Titans, Prométhée, Thésée, Persée, Icare, Euryale et j’en passe. Un point très appréciable 🙂 Toutefois, l’histoire est encore une fois une simple vengeance. GOW II est une aventure plus fournie que le premier épisode, mais l’ensemble est léger. Trahis par Zeus, Kratos part à la recherche des sœurs du Destins pour remonter dans le temps et se venger de Zeus. L’histoire global réside sur ces points. Intéressant mais au final assez secondaire et dans mon cas cela ne m’a pas passionné plus que ça.
On retrouve aussi beaucoup de liens logiques avec le premier épisode et la mise en place de l’épisode 3. Avec GOW II les développeurs mettent en place la pierre angulaire de la saga du fantôme de Sparte !
A noter que le doublage est mieux réalisé que dans le premier avec des voix et un jeu d’acteur plus crédible ce qui met en valeur le scénario. Toutefois, je ne sais pas si c’est la version que je possède mais je trouve que le son est mal réglé. On se retrouve à couper la musique et augmenter énormément le son pour comprendre les personnages lorsqu’ils parlent :p

Mais attendez ! Ne partez pas tout de suite ! 🙂
Bien que je critique un peu les aspects scénario et durée de vie, le reste c’est du solide !
On va peut-être ne pas attacher une énorme attention à l’histoire qui reste banale, mais la jouabilité, le design et la mise en scène de GOW II nous accroche dès la première seconde !!!
C’est vraiment beau et on en prend plein les mirettes. Les décors, que ce soit les bâtiments, la nature, les arbres ou encore les marais, ça met vraiment une claque ! Maitrisés de bout en bout, l’ensemble est magnifique, et à aucun moment on se dit qu’un élément est moche ou trop cubique. De plus, le design mythologique est très classe. Les soldats, les armures et les monstres, aucun n’est laissé pour compte. L’esthétique de GOW II dépasse largement son ainé. Les personnages étaient ce qu’il avait de plus moche dans le premier épisode, mais cette fois-ci ils sont très réussi. Tout particulièrement Kratos. Il offre une allure bien plus imposante, plus puissante !
GOW II montre une belle créativité de la part des développeurs qui offrent une patte graphique inimitable. Un petit reproche ? Aller, je pourrais dire que le bestiaire est un poil redondant. Mais c’est vraiment pour critiquer 🙂
Du côté de la mise en scène, de l’utilisation à chaque coin de rues des QTE, les effets spéciaux qui en mettent plein la vue, les cinématiques qui font un sacré bond niveau qualité, ou encore les jeux de lumières et les mouvements de caméra. GOW II a tout d’un blockbuster cinématographique ! Un jeu magnifique qui pousse les limites de la playstation 2 !

En plus de ce design éblouissant, la jouabilité est sans pareil. Encore plus fluide et instinctive que dans le premier épisode, tout se fait les yeux fermés. Les enchainements de frappes, de magie, tout est si spontané qu’on se retrouve dans des affrontements contre une bonne dizaine de monstres en sachant quoi lancer comme attaque pour occire tel ou tel ennemis. La jouabilité est excellente ! De plus, on retrouve le principe d’upgrade des armes et sorts. Le rendu de la magie est encore plus grandiose, et les effets à chaque frappe donne vraiment l’impression d’être dans la peau d’un Dieu. L’une des grosses nouveautés réside dans la possibilité d’acquérir les ailes d’Icare au cours de l’histoire. Cool, pratique, mais pas aboutit à 100% ce qui fait qu’on peut finir assez facilement dans une crevasse. Toutefois l’idée reste bien sympa 🙂
Les énigmes toujours présentes ajoutent un peu d’enjeux à l’aventure sans pour autant être vraiment difficiles.

A noter tout de même que le jeu regorge de violence, encore plus que dans le précédent volet. Le sang coule vraiment à flot ! Kratos tue ses ennemis avec rage, et on gagne encore plus d’orbes rouges pour les upgrades en faisant des fatalités lol Les développeurs se font plaisir, et pour avoir commencé le troisième épisode de GOW, ils arrivent à faire encore plus sanglant par la suite lol

Niveau musique, c’est toujours aussi bon. Grandiose, digne d’un vrai film, on est plongé de la première à la dernière seconde dans cet univers de Dieux et de Mythologie. Cette musique renforce parfaitement l’ambiance et l’immersion.

Graphismes : 19/20
Jouabilité : 18/20
Durée de vie : 11/20
Scénario : 12/20
Bande son : 18/20
Note Globale : 15,6/20

Visuellement magnifique, God Of War II met une claque et montre que les développeurs en ont encore sous le pied. Le jeu a très bien vieilli. Clairement, excepté le scénario un peu facile et la durée de vie faiblarde, je ne vois pas quoi lui reprocher. Ce GOW II est un concentré de fun et défouloir pendant une bonne dizaine d’heures. Kratos est encore plus violent et charismatique. L’un des plus grands anti-héros du monde vidéo-ludique !
Gof Of War II augmente la qualité de la saga d’un bon niveau et mérite un très beau 15,6/20.
Entre plate-forme, action, baston et un poil d’énigme, God Of War II continu magnifiquement la saga du fantôme de Sparte. Vu la fin de ce deuxième épisode, on n’a qu’une envie, attaquer le trois !!!
Tout simplement magistral !

A (re-)découvrir de toute urgence !
Enjoy !
A bientôt,

Desmond A. G.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.