Désolation de Stephen King, une ville qu’il vaut mieux éviter :)

Publié le Mis à jour le

Un peu de lecture cette fois-ci avec cet article qui est consacré à Désolation le roman de Stephen King.


source

Roman d’horreur écrit par Stephen King et publié en 1996, le même jour que le roman Les Régulateurs, autre œuvre de King publié sous le pseudonyme de Richard Bachman. Il y présente les mêmes personnages dans un monde parallèle et une situation différente. Je ne l’ai pas lu mais d’après ce que j’en sais cela pourrait être sympa à découvrir après Désolation.

En ce qui nous concerne aujourd’hui, le roman Désolation nous présente les événements qui se déroulent dans la ville du même nom. Dans cette petite bourgade du Nevada – quel doux nom que Désolation, il faut l’admettre :p – nous retrouvons un policier, Collie Entragian, qui décide d’arrêter soudainement les personnes de passage pour les emprisonner. Peter et Mary Jackson, la famille Carver, Johnny Marinville et Tom Billingsley. Pourquoi ? On ne sait pas. Mais ce dont nous sommes certains, c’est que ces arrestations ne sont pas le fruit du hasard dans cette ville dont les habitants ont visiblement tous disparus, excepté cet étrange policier Entragian.


source

Quelle belle surprise que ce Désolation !
J’aime beaucoup le style et les idées de Stephen King, bien que des fois cela soit un peu perché, il arrive toujours à offrir suffisamment de rêves – ou devrais-je dire cauchemar – pour que l’on referme le livre relativement satisfait 🙂

Parlons tout d’abord d’histoire 😉 L’idée de ce roman est venue à King en 1991 alors qu’il traversait le Nevada. Lorsqu’il est passé dans une petite ville qui semblait totalement inhabitée il lui est venu à l’esprit que tous ses habitants étaient peut-être mort, et juste après que le shérif les avait tous tués (il n’y a bien que lui pour imaginer ça lol). Trois ans plus tard, alors qu’il voyageait à travers les Etats-Unis à moto pour faire la promotion d’Insomnie, il est repassé dans la région et a entendu parler d’immigrants chinois qui, au XIXème siècle, avaient été piégé et avaient péri dans un puits de mine. Ces deux anecdotes reliées ont constitués la base de Désolation, que King a commencé à écrire le 1er novembre 1994 et a achevé le 5 décembre 1995.


source

Mais revenons un peu au roman et à la critique en elle-même.
Que dire à part que j’ai adoré les trois quarts du livre ! Désolation démarre au quart de tour. Dès les premières pages nous suivons le couple Peter et Mary Jackson qui se font rapidement arrêté par Entragian qui agit très bizarrement. Il montre un tempérament changeant et fait déjà peur. On sait tout de suite que quelque chose cloche, que quelque chose risque d’arriver à tout moment et c’est un pur bonheur. J’ai adoré cette mise en situation immédiate. Il ne tourne pas autour du pot à parler de tout et de rien comme il peut faire dans certaines de ses œuvres. Ici, l’action est directe et il expliquera plus tard le pourquoi du comment.
C’est une très bonne dynamique qui continu pendant près des trois quarts du livre. On découvre l’histoire de tous les protagonistes, chacun de leur côté, jusqu’à ce que certains se retrouve pour affronter ce policier.
Entragian est un méchant magnifique. Il oscille entre différentes humeurs. On ne sait pas trop sur quel pied danser. Psychopathe, démon, possédé, la question subsiste un moment, toujours est-il que l’on adore car on se prend à avoir peur en même temps que les protagonistes lorsqu’ils redoutent son arrivée. L’ambiance associée au charisme horrifique d’Entragian rend l’ensemble particulièrement pesant tout autant que passionnant. Mais Entragian n’est pas qu’un simple psychopathe, bien que tout porte à croire cela au début. Progressivement les éléments surnaturels vont être ajoutés au récit ce qui va donner encore plus de profondeur, gonflant la mythologie pour nous accrocher davantage.
La réussite de King est de nous garder dans un climat troublant et oppressant pendant plus de la moitié du livre. On se sent tendu mais on adore tourner les pages, on ne demande que ça :p

A noter que l’on retrouve un peu du style des Anciens de H.P. Lovecraft dans l’histoire que nous dépeint King, ce qui est très appréciable. J’ai beaucoup aimé ce clin d’œil de la part de King.


source

Toutefois, le petit point négatif est le dernier quart du livre, où Stephen King fait ce qu’il aime souvent faire, partir dans une envolée religio-demonico-spirituel. Il y a toujours un petit principe d’élu, d’aspect mystique un peu lourd et tordu. Je pense que King essai d’aborder en profondeur les aspects du bien et du mal, montrant ainsi que même lorsque l’on oeuvre pour le bien, la victoire est cruel…
Cela fait un peu retomber la pression et la qualité sur la fin. Néanmoins, cela ne gâche pas non plus la qualité du livre. Pas de soucis la dessus 😉

En définitif, Désolation est un roman qui vous accroche dès les premières lignes et ne relâche sa prise que légèrement aux trois quarts du livre. L’ambiance est très très bien retranscrite. C’est pesant, malsain, on a peur avec les héros. C’est parfait ! J’ai vraiment adoré ce livre bien que la fin soit un peu moins à la hauteur du début du roman, toutefois, je lui mets un très beau 16/20.

Une très bonne œuvre de Stephen King que je recommande aux fans du maître ou tout simplement à ceux qui veulent se mettre de l’horreur sous la dent 😉
A lire sans hésiter !

Enjoy !
A bientôt,
D.A.G.


source

PS. Il est toujours intéressant de retrouver les connexions que King aime mettre entre ses romans. Ici il y a bien sûr le lien avec le roman Les Régulateurs paru le même jour, mais aussi le terme Can-toi, qui désigne les esprits inférieurs, qui est repris dans La Tour Sombre pour désigner certains serviteurs du Roi Cramoisi, ainsi que le personnage de Cynthia Smith qui est apparu dans le roman Rose Madder, et pour finir Tom Billingsey fait mention des Tommyknockers.

Publicités

10 réflexions au sujet de « Désolation de Stephen King, une ville qu’il vaut mieux éviter :) »

    https://evasionpolar.wordpress.com a dit:
    5 février 2018 à 8 h 38 min

    vu ainsi tu me donnes envie de lire désolation, mais j’avoue que j’ai parfois des difficultés à adhérer

    Aimé par 1 personne

      desmondag a répondu:
      6 février 2018 à 21 h 35 min

      Je peux te comprendre, il arrive, surtout dans ses dernières oeuvres, que Stephen King se perde et nous donne trop de descriptions mais ici c’est vraiment direct et intense dès les premières pages. Une très bonne surprise 🙂
      Si tu te laisse tenter, repasse donner ton avis 😉
      Merci pour ton com,
      Au plaisir,
      Desmond

      J'aime

    mamiemissivory a dit:
    5 février 2018 à 12 h 49 min

    Coucou et merci pour cet article. Je suis a la recherche de livre de Stephen King au format ePub pour ma tablette. Je suis une grande fan de cet écrivain

    Aimé par 1 personne

      desmondag a répondu:
      6 février 2018 à 21 h 37 min

      De rien c’est avec plaisir 😉
      Si tu n’as pas lut Désolation, fonce !!!
      Merci pour ton com 🙂
      Desmond

      Aimé par 1 personne

    Lutin82 a dit:
    5 février 2018 à 21 h 35 min

    Tu me donnes bien envie de le lire ce bouquin de King. Pourtant, ce n’est pas gagné d’avance quand tu fais le lien avec Lovecraft…
    Mais je le tenterai bien.
    Merci pour cette belle critique.

    Aimé par 1 personne

      desmondag a répondu:
      6 février 2018 à 21 h 39 min

      Après je fais le lien avec Lovecraft dans le sens qu’il s’en inspire, mais il ne prend pas le style ne t’inquiète pas 😉
      Je conseil vraiment ce livre car il se lit très facilement, et vite car il va à 100 à l’heure. C’est une très bonne surprise !
      Si tu te laisse tenter reviens en parler, et de rien pour la critique, c’est toujours un plaisir ! 😉
      A bientôt,
      Desmond

      Aimé par 1 personne

    Bad Tachyon a dit:
    14 février 2018 à 16 h 32 min

    Chouette article pour une chouette lecture. Pour le coup, ayant lu Désolation et Les Régulateurs à des années d’écart, je ne m’étais pas rendu compte des liens entre les deux ! Merci d’avoir éclairé ma lanterne ! Ca me donne envie d’y jeter un oeil à nouveau, parce que je me souviens avoir pris plaisir à lire les deux.

    Aimé par 1 personne

      desmondag a répondu:
      31 mars 2018 à 22 h 55 min

      Merci beaucoup c’est très gentil 😉
      Il faudrait que je me lance un jours sur les régulateurs sachant que Désolation reste encore frais dans mon esprit. J’ai trouvé ce fait assez intéressant et je suis intrigué de savoir quel genre de parallèles il peut y avoir entre les deux romans.
      Merci pour ton com et n’hésite pas à revenir !
      Desmond

      J'aime

    PoppyKorn-sama [Boo'] a dit:
    31 mars 2018 à 22 h 28 min

    Salut salut !
    Je suis venue faire un tour après avoir vu ton j’aime sur mon blog et je suis tombé sur cet article. Mon père m’a passé ce livre depuis un moment mais je ne l’ai toujours pas ouvert, étant assez faignante… Ton avis donne envie d’ouvrir ce livre qui me donnait déjà envie. Et puis Stephen king quoi !

    Aimé par 1 personne

      desmondag a répondu:
      1 avril 2018 à 14 h 49 min

      Très franchement, c’est un livre facile à lire et surtout qui vaut vraiment le coup ! Passionnant et vraiment prenant, je te le conseil vivement 😉
      Merci pour ton commentaire en tout cas et revient quand tu veux !
      Au plaisir,
      Desmond

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s